jeudi 19 février 2009

Toxicomanie Regard Sociologique 2e partie

Au plan sociologique, les soldats sont placés dans une situation particulière incohérente : combattre dans des conditions pénibles, mal préparés mentalement. Ils se retrouvaient dans une situation de brassage d’opinions contradictoires.

Dans ces considérations, il était difficile de départager les motifs d’intérêts économiques et de lutte de pouvoir, des arguments proprement idéologiques toujours mis de l’avant par les porte-parole proches de Pentagone.

Le verdict était souvent quasi unanime d’immoralité pour les Américains.
Une situation propice à la désorganisation sociale et personnelle subséquente.
Une situation psychosociale dans laquelle la fidélité à la loi de la nation exigée est, par ailleurs, décriée comme étant illégale et ne servant pas les meilleurs intérêts de la nation même.
Une situation de conflit existentiel et d’anomie pour les soldats qui étaient dans des conditions pénibles et intolérables.
Voilà ce que nous retrouvions.

Alors des fanatiques d’Alkaïda offraient des stupéfiants. Ils offraient des moments paradisiaques où il n’y avait plus d’incohérence ni de souffrance. Hors de cette situation de conflit la consommation tombe ou disparaît.

C’est une solution à l’anomie présente par la désorganisation sociale.
Nombre d’événements qui sont signes de désorganisation.
Ex : le chômage
les mauvaises conditions de vie
la pauvreté
l’insalubrité du logement
le déracinement par l’urbanisation rapide

Il s’agit de toute situation sociale qui brise l’équilibre. Cela oblige à des réaménagements de société qui tuent l’espoir, l’enthousiasme et l’élan. Autant pour les nantis que pour les défavorisés qui adoptent des solutions déviantes (toxicomanie).

Il n’y a pas de doute que dans l’anomie, il se tient entre les structures sociales des discours aptes à influencer l’activité dans un sens ou dans l’autre et à présider, pour certains, au choix de la solution psychotropes.

* à suivre *

0 Comments: