vendredi 3 avril 2009

Toxicomanie vs Tabagisme 14e partie

Outre les volontaires de sevrage, ces réunions de groupe comportent souvent quelques anciens fumeurs, repentis de longue dâte, qui participent aux séances avec les « novices », un peu comme le font les groupes d’alcooliques anonymes.

Les méthodes complémentaires

a) Méthodes médicamenteuses

Certains ont employé des produits de substitution comme la lobéline (Lobidan), la quinine, voire la nicotine elle-même (chewing-gum à la nicotine).

Alors que l’intérêt de la lobéline paraît se limiter à un simple effet placebo, il semble bien que le chewin-gum à la nicotine puisse aider le grand fumeur à passer le cap de « manque » relatif survenant au début du sevrage, en rétablissant une nicotinémie du même ordre, mais plus faible et plus régulière que celle résultant de la consommation des cigarettes, par suite d’une résorption buccale du produit.

On a préconisé également des produits d’aversion qui donnent un mauvais goût à la fumée. Ce sont le plus souvent des eaux de douche astringentes à base de nitrate d’argent, de sulfate de cuivre ou de permanganate de potassium ou encore les pastilles « Pastaba ».



* à suivre *

0 Comments: