jeudi 14 janvier 2010

LA PERSONNALITÉ - 61e partie

LES ASPECTS SOCIAUX RELIÉS AUX PHASES DU VIEILLISSEMENT ET À L’ADAPTATION À LA RETRAITE

INTRODUCTION

Le phénomène du vieillissement entraîne des répercussions importantes sur le plan du travail dans la vie de tout individu. Dans les pages qui suivent, nous verrons comment ce phénomène du vieillissement des travailleurs et la perspective de la retraite sont perçus dans notre société. Examinons d’abord brièvement le sens et la valeur du travail dans notre société.

LA SIGNIFICATION ET LA VALEUR DU TRAVAIL DANS LA SOCIÉTÉ

Symbole et sens du travail

Le travail symbolise, par les revenus qu’il génère, la période de vie active d’un individu et lui confère un statut social qui lui permet de s’identifier aux autres membres de la communauté. La force de travail d’un individu est en fait évaluée en fonction de production économique et de rendement. Ainsi, une réduction de la capacité de travail d’un salarié peut se traduire par une diminution de ses revenus, ce qui donne lieu, en général, à une baisse du rang qu’il occupe dans une entreprise. Mais, dans les pays capitalistes, le salaire que l’on reçoit reflète aussi la façon dont la société perçoit une occupation et la valorise.

Dans une société encore attachée à l’éthique du travail, le fait d’accomplir un
travail productif occupe une place importante dans la hiérarchie des valeurs et
certains considèrent le chômage ou le fait de n’avoir pas d’activité productive
comme le plus grave de tous les péchés, celui qu’il faut éviter à tout prix
(Mishara et Riedel, 1984, p. 71).


Le travailleur retire, pour sa part, un plaisir plus ou moins conscient de son travail. L’impression de se sentir indispensable lui donne un sentiment d’appartenance à la communauté. Cet aspect du travail le sécurise et facilite son insertion sociale ne le confirmant dans son rôle de citoyen responsable dont la société a grand besoin.

On peut dès lors comprendre qu’un individu trouve dans le travail une source de satisfaction importante à tel point que les gens âgés, qui sont forcés de se retirer du monde du travail et de prendre leur retraite, se sentent un peu perdus, souvent même angoissés.

En fait, le sentiment d’avoir bien fait son travail et d’avoir accompli une tâche à la mesure de ses capacités permet à tout individu de se réaliser socialement et contribue à donner un sens à sa vie. En outre, il accède, grâce au travail, à une certaine indépendance économique, ce qui lui permet de jouer son rôle de citoyen à part entière.

Le travail est autre chose qu’un gagne-pain, il forme une partie du tissu de
notre vie. Chacune de nos journées s’organise en fonction de notre emploi
car c’est lui qui dicte l’heure du lever, des repas, du retour à la maison et,
si nos heures de travail viennent à changer, c’est tout notre emploi du temps
qui s’en trouve modifié. Le travail nous force donc à structurer le temps;
il nous impose également, du moins dans une certaine mesure, le choix du costume
que nous portons, du lieu que nous habitons, ainsi que de la classe
socio-économique à laquelle nous appartenons (Mishara et Riedel, 1984, p. 76).


Cependant, une étude effectuée par Powers (1971) indique que le travailleur âgé est en mesure de trouver d’autres sources de satisfaction à l’extérieur de son travail. Les résultats de cette recherche, confirmés par les travaux de Dulude (1978 et 1981), montrent que la retraite ne susciterait pas autant d’anxiété si le revenu alors disponible était à un seuil minimum acceptable. En effet, plus du tiers des travailleurs prendraient une retraite anticipée s’il n’y avait cet écart de revenu entre le travail et la retraite et s’ils pouvaient maintenir un niveau de vie raisonnable. Certains individus consacreraient leur temps libre au bénévolat, champ d’activité où les tensions sont moindres comparativement au travail rémunéré. D’autres, jugeant avoir assez travaillé durant leur vie active, désireraient passer à autre chose. Cette vision nous démontre en quelque sorte la relativité de la valeur symbolique du travail dans la société nord-américaine.
* à suivre *

0 Comments: