jeudi 7 octobre 2010

COUPLE ET MÉDIATION - 3e partie

La période de séparation

La séparation constitue un moment crucial. Lorsque les femmes en arrivent à la décision d’une rupture définitive, c’est le plus souvent après avoir vécu beaucoup d’agressions et plusieurs ruptures antérieures. Elles ne peuvent plus croire aux paroles et promesses de cet homme. Il s’agit alors de la seule issue possible pour elles et leurs enfants. Pourtant, la plupart vivront beaucoup de culpabilité et de peur (Regroupement provincial des maisons d’hébergement et de transition pour femmes de violence; Nicarthy).

C’est une période où la femme battue tente de diminuer le contrôle que son agresseur exerce sur elle. Elle pose alors des gestes qui vont à l’encontre de l’intérêt de l’agresseur et met celui-ci devant le fait qu’elle envisage sa vie sans lui (Ellis). Dans le contexte de la séparation, la garde partagée peut devenir un enjeu important, tout comme la médiation d’ailleurs. L’homme peut utiliser ces moyens dans le but de maintenir son contrôle sur la femme. La présence d’enfants augmente la vulnérabilité de la femme et l’emprise de l’homme sur elle.

La séparation est le moment où les femmes ont l e plus grand risque d’être agressées ou tuées (Ellis; Wight-Peasley, dans Hart). Selon les études, de 25 à 50% des femmes tuées par leur conjoint le sont après la séparation (Cazenave et Zahn, dans Hart). Donc, contrairement à la croyance populaire, la violence ne cesse pas du fait de la séparation. Souvent, elle augmente. Le conjoint se voit justifié d’agresser, pour contraindre sa partenaire à revenir ou encore pour la punir de sa décision de séparation (Dutton, dans Hart).


* à suivre *

0 Comments: