mardi 23 décembre 2008

RAPPORTS ENTRE LA VOLONTÉ ET L'HABITUDE 2e

L'habitude, en effet, passe pour un mode d'agir mécanique. Les divers mouvements élémentaires dont se compose un acte habituel se succèdent sans que la réflexion ait à intervenir; le premier déclenchant le second et le second les suivants, jusqu'au dernier que les circonstances changent et que l'action habituelle ne soit plus adaptée, elle tendra à se reproduire, stéréotypée, au risque de manquer le but. Ainsi, celui qui a appris la dactylographie ne pourra pas, de longtemps, avec un clavier différent, oublier la place des lettres dans l'ancienne machine et, malgré lui, ses doigts continueront à les chercher où elles ne sont plus. La perfection de l'habitude aboutit même à une sorte d'inconscience des opérations executées: demandez même de le ralentir, de manière à vous permettre de le mieux observer.

Cette lenteur devrait lui donner encore plus de sûreté; au contraire , elle la déconcerte; la tricoteuse s'embrouille et ne retrouve sa facilité de travail que lorsqu'elle a repris son allure normale et son mode d'activité purement mécanique, l'habitude supprime l'effort et la difficulté, sans lesquels la conscience peu à peu s'assoupit et s'endort. On le dit couramment: l'effort résulte d'un manque d'habitude. Le jeune, conscrit, fatigué après quelques kilomètres de marche, doit faire effort pour arriver jusqu'à l'étape: il n'est pas entraîné, il manque d'habitude. L'apprenti chauffeur est toujours tendu, l'oeil fixé sur la route, les mains crispées sur le volant, le pied toujours en alerte pour freiner au moindre incident: Seule, l'habitude, résultant de nombreux kilomètres parcourus, fera tomber cette épuisante tension. Le jeune latiniste doit bouder son esprit pour suivre l'argumentation de Cicéron, tandis qu'il comprend aisément les motifs mis en avant par un député en faveur d'un projet de loi: C'est que le latin ne lui est pas familier, tandis que le français est sa langue habituelle, là où il y a habitude, il n'y a plus d'effort.

* à suivre *

0 Comments: