dimanche 22 février 2009

Toxicomanie Regard Sociologique 4e partie

Le paradigme de l’anomie sociale de Durkheim-Merton

L’anomie selon Durkheim : Des études en sociologie sur la déviance des drogues et de l’alcool s’en tiennent avant tout sur
1) des compilations statistiques sur la proportion des diverses populations nationales atteintes où elles retracent l’évolution des modèles de consommation.
2) des simples corrélations linéaires entre deux variables telles que le genre, le revenu et la strate sociale.

La sociologie recherche dans les systèmes sociaux et dans les structures qui les composent la source principale du comportement humain sous toutes ses formes. Le comportement toxicomane est donc ainsi une conséquence du système du genre d’organisation des structures sociales qui président aux échanges entre les humains.

Selon Merton : Sorte de typologie des comportements ou de modes d’adaptation individuelle.
1) Conformiste : attribut de la personnalité que le signe de l’accord existant sur le plan comportement entre la personne et les rôles qu’elle doit remplir dans une situation spécifique - pas de toxicomanie ni déviance.
2) L’innovation : but prescrit est accepté et les normes sociales sont rejetées.
3) Le ritualisme : Abaissement des aspirations personnelles dans une société afin d’échapper aux frustrations. C’est l’automate complètement aliéné par la société.
4) L’évasion : L’alcool et les drogues sont des modes d’évasion au moyen desquels la personne échappe aux angoisses des obligations sociales et à la menace des frustrations devant ces obligations.
5) La rébellion : L’individu rejette les structures sociales établies pour tenter de les remplacer par de nouvelles.


Des études plus récentes démontrent que le niveau de déviances alcooliques, plus que le taux de suicide, augmente à mesure que l’intégration de la société basée sur l’interdépendance des unités du système social s’intensifie et que l’intégration normative basée sur la tradition antérieure à l’urbanisation décroît. Les sentiments de privation, de frustration et d’anomie étant alors nettement accrus, la situation mène davantage à la toxicomanie.

* à suivre *

0 Comments: