samedi 28 mars 2009

Toxicomanie vs Tabagisme 8e partie

La publicité utilise elle aussi cette motivation du plaisir et l’assimile aux autres plaisirs notamment l’érotisme. L’ensemble des constituants des plaisirs de fumer entraîne finalement un sentiment global de détente et de relaxation utile en cas de soucis ou de cafard.

Beaucoup recherchent dans le tabagisme l’effet stimulant sur des récepteurs du système nerveux et musculaire souvent suivi d’un effet secondaire de relaxation dû à la nicotine, qui, rapidement résorbée par ceux qui inhalent la fumée, semble être le principal « renforcateur » chimique qui sous-tend et maintient le désir de fumer, et est un des responsables de l’apparition d’une dépendance. Cet effet neurostimulant est un caractère commun à la nicotine et aux autres produits entraînant parfois une dépendance (opiacés, marijuana et alcool).

La connaissance des raisons de fumer est très importante car pour réussir le sevrage et éviter les rechutes, il faut adopter une tactique individuelle adaptée aux motivations d'un chacun.



* à suivre *

1 Comment:

Luc Dussart said...

En transposant à l'école, on aurait, suivant votre raisonnement quelque chose comme :
"La connaissance des raisons de l'ignorance est très importante car pour réussir les apprentissages et éviter les bonnets d'âne, il faut adopter une tactique individuelle adaptée aux motivations de chacun."
Nous voila alors ramené à l'Émile de Rousseau, au temps des précepteurs. L'école publique serait-elle à abandonner ?

Ces propos n'engagent que vous et ceux qui les croient parce qu'ils apparaissent censés.

1°) La sensation que vous indiquez est celle du soulagement d'un déplaisir, ce qui n'est pas la même chose qu'apporter un vrai plaisir. Si les fumeurs occasionnels peuvent effectivement apprécier de fumer, les fumeurs dépendants fument essentiellement parce qu'ils souffrent s'ils ne le font pas.

Beaucoup de gros fumeurs n'éprouvent aucun plaisir à fumer et votre modèle - bien que classique - n'est pas validé... Fumer ne modifie pas les états de conscience et les effets de relaxation que vous mentionnez à juste titre sont vraiment légers ! En tout cas incapables d'expliquer l'épidémie mondiale du tabagisme.

2°) L'impact de la nicotine est différent de celui des autres produits psychoactifs. cf. les travaux de J.P. Tassin notamment. La nicotine ne modifie pas les états de conscience, contrairement aux autres produits que vous mentionnez. Votre amalgame n'est pas justifié.

3°) Il semble acquis auprès des intervenants dans l'aide à l'affranchissement de la dépendance au tabagisme que les actions en groupe sont PLUS efficaces que les prises en charge individuelle. Pour deux raisons :
- un effet d'étayage, le sentiment d'être plus fort quand on agit en groupe,
- il n'y a rien de personnel dans le tabagisme, tous les fumeurs réguliers fument pour une unique raison, liée à la dépendance physique.
Il n'y a pas intérêt, hormis les quelques pourcents de cas pathologiques, à personnaliser une prise en charge.

Pour plus d'informations sur les remèdes au tabagisme, veuillez consulter uniarneuf.org svp.