lundi 26 octobre 2009

LES TEMPS DU VERBE - 1er partie

1. Les temps du verbe

J’agis donc selon l’ordre que j’avais reçu.
J’AGIS est ici au présent
J’AGIS est au passé simple
(N’importe)
(Selon le contexte)

Rép. : Au passé simple.
Rem. : La subordonnée au plus-que-parfait indique une antériorité par rapport à un passé…

2. Que veux-tu, il________________________avant 5h
faut que j’y allais
fallait que j’y aille
(Cela revient au même)
(L’un ou l’autre selon le sens)

Rép. : il fallait que j’y aille
Rem. : C’est la principale qui indique le temps absolu (passé, présent, futur). Les subordonnées indiquent un temps relatif (antérieur, simultané, postérieur).

3. Il_______________________ un temps où certains étudiants__________payer leurs études en travaillant à l’université.
était, pouvaient
fut, purent
fut, pouvaient
était, purent

Rép. : fut, pouvaient
Rem. : L’imparfait indique un passé quelconque, non marqué, mais le passé simple crée le « récit » : il enlève l’ancrage temporel du présent du locuteur pour le mettre à un moment du passé. Il apparaît donc dans la principale, et l’imparfait dans la subordonnée.


4. Hier, vous vous rappel_____ les mauvais tours que nous vous jou______ dans notre enfance.
ez, ons
iez, ons
ez, ions
iez, ions

Rép. : rappeliez, jouions
Mais : Vous vous rappelez votre enfance?
Et : Ne pensez pas que nous vous jouions (ou jouons) un tour.
Rem. : Les deux premières personnes du pluriel, à l’imparfait de l’indicatif et au présent du subjonctif, se terminent par –IONS, -IEZ (à l’exception de : AYONS, AYEZ, ou SOYONS et SOYEZ).

5. Hier encore, vous tressaill_____en l’entendant venir.
ez
iez
issez
issiez

Rép. : Tressailliez
Mais : Vous tressaillez en l’entendant venir (Le fait a lieu n’importe quand : le présent est le temps le plus général).
Et : vous vous blotissiez contre lui en pensée. Hier encore vous vous blottissiez entre ses bras.
Rem. : Les deux premières personnes du pluriel, à l’imparfait de l’indicatif et au présent du subjonctif du subjonctif, se terminent par –IONS, -IEZ (à l’exception de : AYONS, AYEZ, SOYONS et SOYEZ).
Et : Sur quelque 330 verbes en –IR, 300 intercalent –ISS- au présent de tous les modes, (sauf le conditionnel, qui est formé sur l’infinitif) et à l’imparfait de l’indicatif (ex. FINIR).


6. Il fallait que nous sc______ le bois et que nous nettoy________le hangar.
iions, ions
iions, ons
ions, iions
ions, ions

Rép. : sciions, nettoyions
Mais : Chaque soir nous scions, puis nous balayons et nettoyons le hangar.
Rem. : Les deux premières personnes du pluriel, à l’imparfait de l’indicatif et au présent du subjonctif, se terminent par –IONS, -IEZ (à l’exception de : AYONS, AYEZ, SOYONS, SOYEZ). Le I du radical des verbes en –IER se maintient avec le I de la terminaison.
Et : L’imparfait du subjonctif (il fallait que nous sciassions) n’est guère usité (sauf à la troisième personne du singulier (il fallait qu’il sciât), et encore.

7. Mes amis, il faut que nous voul_____ reconquérir nos droits. Veuill_______ maintenant nous lever pour chanter l’hymne national.
ons, ions
ons, ons
ions, ons
ions, ions

Rép : voulions, veuillons
Mais : Voulez et vous réussirez : veuillez me croire, c’est le seul secret.
Et : Que je le veuille n’est pas suffisant; encore faut-il que vous le vouliez aussi.
Rem. : Le verbe VOULOIR à l’impératif donne VEUX, VOULONS, VOULEZ, si l’on exprime une volonté forte. VEUILLE, VEUILLONS, VEUILLEZ, si l’on exprime un ordre courtois.

* à suivre *

0 Comments: