dimanche 20 décembre 2009

LA PERSONNALITÉ - 37e partie

Vaillant (1977) dans Adaptation to life, présente également d’autres variables aux mécanismes de défense chez les personnes âgées : la projection, c’est-à-dire le rejet hors de soi, vers le monde extérieur, des sentiments, pulsions, tendances et désirs que le moi se refuse à reconnaître comme siens. La projection permet de se libérer d’affects. C’est une façon d’éviter et d’avoir à reconnaître certains sentiments ou désirs conflictuels. L’absence de vie sexuelle active chez les personnes âgées en est un exemple.

Le déplacement est un autre mécanisme de défense opportun pour les personnes âgées; il s’agit d’une répartition nouvelle des intensités psychiques d’une représentation à une autre se trouvant associées entre elles par des relations superficielles. Émotions et pulsions sont transférées sur des éléments substitutifs. Souvent déçue de son corps qui vieillit, la personne âgée se plaint que le monde est à l’envers. La relation est donc tout à fait superficielle et secondaire.

La formation réactionnelle (ou tendances contraires) est une haine inconsciente qui est cachée par un amour conscient. Par ce mécanisme, la personne développe des attitudes ou des traits de caractère. C’est le cas du grand père qui se montre froid et distant avec ses petits-enfants alors que dans son cœur, il voudrait exprimer tout le contraire.

L’isolation consiste à dépouiller une expérience douloureuse ou un fait traumatisant de son affect et de prévenir toutes relations associatives. En se coupant de ses émotions, de sa sexualité, la personne âgée discute sous une forme neutre. C’est une forme d’intellectualisation. Pour Vaillant (1977), il s’agit là d’un mécanisme de défense d’utilisation courante chez les personnes âgées.

Plusieurs auteurs dont Schaie et Geiwitz, 1982, p. 117 présentent aussi l’activité comme un mécanisme de défense :

We have already mentioned, for example, that some of the most successful
retirement are engineered by people who base their whole program on
activity : building things, getting involved in church activities, etc.
Activity is a form of mediation; it keeps your mind too busy to think about
problems.


Un autre mécanisme de défense souvent utilise par les personnes âgées est la prudence. Comme le souligne Botwinick (1978), les personnes âgées sont poussées plus par le désir d’éviter des erreurs que de réussir une tâche. Cette forme de prudence excessive se retrouve dans les réponses du type pas d’opinion dans les différentes enquêtes faites auprès des aînés. Gergen et Back (1978) ont étudié le phénomène de prudence excessive devant le défi présenté par un nouveau poste ou une nouvelle promotion en perspective chez les travailleurs âgés. Le défi du gain ne l’emporte pas sur le risque de succès ou d’échec; le travailleur âgé préfère se maintenir dans sa position.

En compétition, le vieux travailleur qui voit sa rapidité et son habileté à répondre adéquatement dépassées par celles de jeunes travailleurs ambitieux, utilisera alors la compensation comme mécanisme de défense. Il changera ses priorités, par exemple, en mettant plus l’accent sur la qualité du travail bien fait que sur la rapidité dans l’exécution de ce même travail (Côté, 1981; Organ, 1977; Phillips et al, 1978; de même que Wright et al., 1978). Ces auteurs ont laissé d’excellents écrits sur le vieillissement et la satisfaction au travail.

Cette prudence excessive entraîne une baisse de rendement dans les tests d’habilité chez les personnes âgées. Birkill et Schaie (1975) ont étudié ce phénomène en fonction des performances intellectuelles chez les personnes âgées. De leur côté Rees et Botwinick (1971) invitent les orthophonistes et audiologistes à être prudents dans leurs analyses des résultats aux tests de surdité avec les personnes âgées. Trop prudentes, les personnes âgées hésitent avant de répondre et faussent ainsi les résultats. Souvent, les spécialistes surestiment les pertes auditives engendrées par la prudence excessive de leurs patients dans leur discrimination des sons.
* à suivre *

0 Comments: