jeudi 24 décembre 2009

LA PERSONNALITÉ - 40e partie

L’APPORT D’ERIKSON

INTRODUCTION
Parmi les adeptes de Freud, Erik Erikson (1902-1980) a formulé une théorie touchant au développement humain composée de huit stades échelonnés sur tout le cycle de la vie. Dans ces huit phases de la recherche d’identité, Erikson a tenté de dégager et de préciser les racines du moi dans l’organisation sociale de l’individu. Son modèle recouvre tout le cycle de la vie où chaque stade est caractérisé par un enjeu fondamental qui se définit comme un conflit entre deux pôles. Les conséquences de cet enjeu se prolongeront durant toute la vie. Mais avant de s’attarder aux divers stades de développement, et plus particulièrement à celui de la vieillesse sur lequel nous insisterons davantage, élaborons sur le fondement de cette théorie et son auteur.

Données biographiques

Erik Erikson est né Francfort, il a vécu son enfance en Allemagne et son adolescence dans divers pays d’Europe. Jeune adulte, on le retrouve au côté de Sigmund Freud à Vienne tant comme étudiant que comme patient. C’est également à Vienne que débuta sa carrière de psychanalyste avec Peter Blos comme mentor. Puis, certains professeurs et chercheurs américains de l’université Harvard, en particulier Henry Murray, l’initieront à la théorie de la personnalité. Erikson quitte alors définitivement l’Europe pour devenir citoyen américain en 1933. Dès lors, il passera le reste de sa vie dans le monde de l’enseignement et de la recherche aux universités Harvard, Stanford et finalement à l’université de la Californie.

Ses toutes premières expériences de recherches se font avec les enfants d’une école américaine à Vienne. Erikson travaillera par la suite avec des étudiants diplômés d’Harvard, des anciens combattants de la deuxième guerre, des défenseurs des droits civils du sud des Etats-Unis, de même qu’avec des indiens Sioux et Yurok. De plus, il collabore fréquemment avec différentes équipes de chercheurs de multiples disciplines. Ses nombreux travaux dans des champs pluridisciplinaires, lui permettent de côtoyer quelques grands anthropologues comme Mead, MeKeel, Benedict, Bateson, etc.

Erikson a reçu en 1933 un diplôme du Vienna Psychoanalytic Institue. Toutefois, il a passé presque toute sa vie dans le monde universitaire sans avoir reçu, au préalable, une formation universitaire formelle. Encore aujourd’hui, c’est un auteur beaucoup lu, et plus particulièrement par les gens s’intéressant au counselling et aux sciences de l’éducation; ceux-ci continuent de se pencher sur ce qu’est l’étape de l’adolescence et sur la question de la maturité (Erikson, 1972, 1974 et 1980). C’est sa théorie de la personnalité comprenant huit stades de croissance dans le développement humain qui a retenu l’attention du public universitaire.

La théorie d’Erikson

La théorie d’Erikson repose sur trois assertions. La première est que le moi est façonné par la société; la seconde est que l’individu vit dans un processus continu de croissance et de changement, et la troisième affirme que l’individu est pré-programmé dans sa capacité à traverser ses stades de développement. Décortiquons maintenant ces trois assertions afin d’obtenir une meilleure compréhension de celles-ci; ce qui est, à notre avis une étape fondamentale, nous permettant de mieux pénétrer la pensée d’Erikson.

Le moi est façonné par la société

Dans la théorie freudienne, le moi se développe au sein même d’une interaction, entre le ça et le surmoi alors que dans la théorie d’Erikson le moi est considéré comme une fonction autonome surtout façonnée par la société dans laquelle l’individu se trouve et se développe. Erikson n’attribue pas seulement à l’instinct biologique l’unique responsabilité comme l’affirmait Freud. La conceptualisation, selon la théorie d’Erikson, s’explique par le fonctionnement de la personnalité en rapport avec la société, incluant parents, amis et environnement. Erikson ne croit pas que la personnalité d’un individu soit déjà toute tracée et arrêtée dès l’âge de quatre ou cinq ans. Il affirme, au contraire, qu’elle émerge et se développe en relation avec les rapports qui s’établissent avec la société et ses diverses composantes (Erikson, 1974, 47-49).

L’individu vit dans un processus continu de croissance et de changement
L’individu traverse des moments de crises tout au long de son existence, d’où le façonnement de sa personnalité suivant la manière et les réactions que l’individu a à ces diverses difficultés ou étapes dans son développement. Erikson croit à la valeur intrinsèque de l’homme, le décrivant comme un être responsable de son destin. Dans une certaine mesure, il présente une vision plus positive de l’homme.

L’individu est pré-programmé dans sa capacité à traverser ses stades de développement

Ce sont les huit stades de croissance suivant la théorie d’Erikson. Comme nous l’avons déjà mentionné, c’est cette contribution qui a surtout fait connaître Erikson. Ce dernier nous dit que l’individu mature, l’individu qui est réalisé, c’est celui qui a bien franchi ces étapes de développement. Cela implique qu’il a passé de la bonne manière à travers les crises de chaque stade.

Ses théories définissent l’influence que produit la société sur le processus de maturation individuelle et démontrent également comment la personne progresse en passant d’une crise à l’autre en espérant toujours trouver la réponse au « Qui suis-je » et « Qu’est-ce que je devrais faire »?
Les stades psychosociaux d’Erikson décrivent les difficultés et les crises qui sont liées aux relations sociales. Ce sont des situations, des problèmes ou des crises auxquels l’individu est confronté à un moment ou à un autre de son existence.



* à suivre *

0 Comments: