lundi 18 janvier 2010

LA PERSONNALITÉ - 65e partie

Le dilemme du travailleur âgé

On a vu comment la situation présente dans le monde du travail, avec le chômage et l’apport de la technologie, a contribué à éliminer bon nombre de salariés âgés. En France, les nombreux écrits de Gaullier (1982) de Guillemard (1984, 1983, 1980, 1972) et de Sullerot (1986) corroborent l’universalité de cette tendance. Plusieurs facteurs sociaux expliquent en fait la tendance actuelle d’utiliser la retraite comme une solution de mise au rancart mais comme le mentionne Andréani (1986) « il va falloir apprendre à payer pour sa retraite ».

Le travailleur âgé se trouve devant un dilemme. D’une part, il vit dans un contexte où les pressions d’ordre social et économique l’amènent à écourter sa vie, parce qu’il travaille dans un climat de stress, de surmenage ou dans des conditions insalubres. D’autre part, les ressources financières générales qu’il touche à la retraite sont insuffisantes pour qu’il profite au maximum des belles années de détente et de loisir que laisse entrevoir une espérance de vie accrue. D’ailleurs, les progrès de la technologie médicale moderne, couplés à une meilleure qualité de vie et d’alimentation, permettent de croire que l’espérance de vie va continuer de s’accroître. La question est de savoir de quelle façon nous pourrons pleinement en profiter?

Le statut social du retraité

Le passage du travail à la retraite est perçu comme un symbole du vieillissement, car la retraite est synonyme d’arrêt, d’incapacité. Cette perception négative peut causer de l’appréhension, de l’anxiété chez l’ex-travailleur, et même le traumatiser. En effet, comment un individu peut-il se sentir encore jeune et bien portant quand la société reconnaît qu’il est trop vieux pour continuer à travailleur? Ainsi, la retraite perçue comme une mise au rancart reste une idée profondément ancrée chez plusieurs personnes.

Le statut social d’un individu correspond à un rang, à une position, qui le situe dans l’échelle des valeurs à un rang. Que cela soit au sein de la famille ou d’un groupe, au bureau ou à l’usine, les responsabilités et le rôle attribués à chaque individu lui confèrent un statut social. En perdant les attributs associés au travail, le retraité est confronté du même coup à une perte ou à un changement de statut social. En outre, prendre sa retraite signifie le plus souvent une diminution de revenu appréciable, ce qui peut se traduire par une baisse du niveau de vie et une détérioration des relations sociales avec l’entourage, qui perçoit parfois la situation du retraité comme une dégradation sociale, une déchéance peu enviable. Les retraités pourront difficilement exiger le droit au maintien d’un revenu convenable tant qu’ils ne constitueront pas une force politique unifiée et tant que la société ne prendra pas les moyens pour reconnaître et faire respecter les droits des personnes âgées.

* à suivre *

0 Comments: