mardi 9 février 2010

LA PERSONNALITÉ -- 95e partie

LA PERCEPTION DE SOI ET L’APPROCHE PHÉNOMÉNOLOGIQUE

L’idée d’étudier le processus du vieillissement dans une perspective phénoménologique a été accueillie favorablement par Thomae (1970), Baltes et Goulet (1971), Riegel (1972), Nardi (1973), L’Écuyer (1978 et 1982), Dallaire (1979), Baulu-Macwillie (1981) et Sabourin (1981) mais le premier élan a été donné par Bugantal et Zelan (1950), suivi de Kuhn et McPartland (1954), McPartland et Cummin (1958), Wylie (1961) et Gordon (1968 et 1969). Ces auteurs ont démontré la validité de l’approche phénoménologique en science par l’analyse des protocoles recueillis en réponse à une question du qui-es-tu ou who are you.

La perception de soi en rapport avec le développement de la personnalité a été explorée sous deux angles. Lewis (1979) a choisi l’approche constructiviste tandis que Reese et Overton (1970) avec Werner (1967) ont choisi l’approche organismique. Dans cette nouvelle optique, l’homme est conçu comme un être actif en pleine évolution tout en étant conscient de lui-même et de son interaction avec son environnement. Cette approche permet d’étudier l’homme tel qu’il se perçoit lui-même.

La perception de soi est inséparable de cette vision du développement. Elle met en évidence le caractère multilinéaire, multidimensionnel du vieillissement. Il s’agit donc d’une vision pluraliste du développement humain concordant avec le cadre général du mouvement humanistique.

Pourquoi étudier la variable perception de soi chez les retraités du point de vue phénoménologique? Il y a plusieurs bonnes raisons à cela. La première bonne raison est que la perception de soi est essentiellement une donnée introspective. En effet, en vieillissant, l’homme se penche davantage sur lui-même. Selon les travaux de Neugarten (1972), de Havighurst et al. (1968), de Kimmel (1974) et de Loeb (1975), ceux-ci démontrent un lien étroit entre le vieillissement et l’introspection.

Une deuxième raison pour étudier la perception de soi avec le vieillissement est le lien que certains auteurs ont fait entre le niveau d’adaptation et la perception de soi. Ces liens sont largement élaborés dans les écrits de Birren (1980), Brubaker et Powers (1976), Gareau (1979), Heath (1977), Kuypers et Bengston (1973), Lieberman (1975), et Thomae (1970).

Finalement, une troisième raison nous apparaît importante. Plusieurs gérontologues et chercheurs déplorent l’absence de recherches sur la perception de soi des retraités. Nous pensons en particulier à Wylie (1971), Buhler (1962), Havighurst (1966), Bishof (1969), Back (1971), Peterson (1975), Bromley (1977), L’Écuyer (1978, 1980, 1982), Mutram et Burke (1979a) et tout récemment encore, Breytsprack (1984).

Si on regarde l’étude de la perception de soi dans une perspective historique, on remarque que Wylie (1961) soulevait déjà l’absence d’étude génétique dans le domaine du vieillissement. De son côté Havighurst (1966) soulignait la somme de matériel inférientiel dans le domaine de la personnalité des personnes âgées et la carence d’étude sur la perception de soi. Plus près de nous, Neugarten (1977), de même que Lowenthal (1980) signalent le besoin de recherches descriptives pour comprendre la perception de soi chez les retraités.


Dans cette même direction, Bromley (1977) soulignait que :

….une étude développementale du concept de soi à partir d’autodescriptions
tirées du langage usuel nous assure des fondements empiriques les plus solides
pour l’analyse du concept de soi et l’étude de la personnalité (p. 119).


Quelques recherches ont été entreprises en regard des facteurs qui ont une influence sur le concept de soi comme celles de Dallaire (1979) et Baulu-MacWillie (1981). Les travaux de recherche de Bischof (1977), Riley et Foner (1968) de même que Sabourin (1981) portaient plus sur la structure de la perception de soi chez les retraités
Quelques recherches ont été entreprises en regard des facteurs qui ont une influence sur le concept de soi comme celles de Dallaire (1979) et Baulu-MacWillie (1981). Les travaux de recherche de Bischof (1977), Riley et Foner (1968) de même que Sabourin (1981) portaient plus sur la structure de la perception de soi chez les retraités



* à suivre *

0 Comments: