lundi 24 mai 2010

COMPRENDRE L'IDENTITÉ MASCULINE 12e partie

La vie de groupe

Au fil des semaines, un noyau de participants fidèles se forme dans le groupe. Cela crée des dynamiques récurrentes, propres au groupe et aux rôles que les membres s’attribuent les uns aux autres. Par exemple, le garçon qui se montre le moins travaillant lors des activités peut devenir un bouc émissaire. Les coanimateurs ont alors à aider le groupe à articuler leurs points de vue de façon appropriée. Cela aide les garçons à parler de leurs opinions et de leurs affects et à maintenir la cohésion du groupe.

La projection du théâtre intérieur

Quand la confiance s’installe davantage entre les membres du groupe, il peut être intéressant de leur proposer de faire la projection du théâtre intérieur (adaptée du Parts’ Party, de Satir et al., 1991). Dans cet exercice, on demande à chacun d’eux de dresser une série de personnages très connus ou légendaires qui représentent quelques-unes de leurs propres caractéristiques positives ou négatives. Ensuite le groupe choisit une des séries de personnages parmi les séries que certains participants ont partagé avec le groupe. L’auteur des personnages dont il est question choisit alors des membres du groupe pour incarner ses personnages et procède ensuite à la mise en scène d’une situation impliquant tous les personnages, telle que l’écrasement d’un avion à bord duquel les personnages étaient passagers. À la fin de la mise en scène (qui peut être vidéographiée pour visionnement ultérieur par le groupe), l’auteur demande à chaque personnage de se présenter à lui par son nom de personnage et par la caractéristique qu’il représente, puis de dire qui pourrait incarner selon lui l’opposé de cette caractéristique.

Cet exercice donne aux participants l’occasion d’explorer certaines de leurs figures internes en interaction avec les figures internes d’autrui. Cela facilite l’expression affective et l’intégration plus riche et plus souple de ces figures dans leurs psychés.

Conclusion

L’adolescence est un défi d’initiative. Comme Œdipe, chaque garçon doit résoudre les énigmes qui l’interpellent. Blos (1979) décrit l’adolescence comme un passage. Aujourd’hui, il y a peu de rituels pour guider les adolescents à travers ce passage. Si chaque garçon est le héros de sa propre histoire, il est indiqué de l’épauler sur son chemin. Les groupes de pair peuvent être un atout en ce sens, particulièrement lorsqu’ils sont appuyés par un modèle d’animation qui fait la promotion de l’épanouissement personnel.

0 Comments: