mardi 25 mai 2010

L'HOMME IMMIGRANT - 1e partie

Si, depuis quelques années, un champ de recherche s’est ouvert pour aborder l’homme en tant qu’être potentiellement vulnérable ayant besoin de soutien et de services spécifiques (Dulac, 2001), la question de l’homme immigrant demeure entière. Les connaissances disponibles sur ce sujet proviennent en grande partie des travaux de recherche effectués dans le domaine de l’impact de l’immigration sur les dynamiques familiales. Or, lorsque la question du genre est introduite en ce qui concerne, notamment, la réorganisation et les relations familiales, ce sont surtout les points de vue de l’épouse, de la mère ou des enfants qui sont pris en compte, dans la perspective de leur émancipation individuelle (Labelle et al., 1987; Juteau, 1991; Legault, 1993). Ces études ont l’avantage de nous renseigner sur la modification partielle des rôles et du partage des tâches au sein des ménages immigrants, ce qui nous aide à mieux comprendre les conflits qui peuvent y survenir. Cependant, il est surprenant de constater la rareté du point de vue des hommes dans ces analyses. Nous avons parfois quelques indices sur l’expérience intime du père ou du mari immigrant dans certaines des dynamiques familiales en général (Bibeau et al., 1992) ou encore dans quelques rares analyses qualitatives plus approfondies à échantillon restreint (Noivo, 1997;Hones, 1999). Ce n’est que tout récemment que des études exploratoires ont été entreprises dans le but de révéler le vécu intime de l’immigrant masculin (Austin et Este, 1999; Dyke et Saucier, 2000).

Pour Stéphane Hernandez, l’objectif est de décrire quelques éléments majeurs qui sont à la source d’une certaine vulnérabilité rencontrée par les hommes immigrants, en lien avec leur vécu familial. La démarche méthodologique a consisté à rassembler en une synthèse descriptive ce qui ressort des quelques études québécoises, canadiennes et françaises qui abordent de manière spécifique la question de la transformation du rôle masculin traditionnel chez les hommes immigrants (Haddad et Lam, 1988; Scandariato, 1993; Hammouche, 1997; Dyke et Saucier, 2000). Elle est complétée par divers travaux – en majorité québécois – touchant de près ou de loin l’impact de l’immigration sur la complémentarité des rôles ou sur les dynamiques familiales (Sabatier, 1991; Bibeau et al., 1992; Barudy, 1992; Battaglini, 2000). Cette recherche s’inspire aussi des résultats d’une activité de groupe que nous avons mise sur pied avec des pères immigrants ayant des enfants d’âge préscolaire à Montréal. Ici, l’expérience de l’homme immigrant est abordée sous l’angle de l’impact des nouveaux contextes socioéconomique et socioculturel sur la transformation du rôle traditionnel masculin dans la famille. Nous commencerons alors par situer ce rôle dans le contexte plus large de la société québécoise.


* à suivre *

0 Comments: