mercredi 5 mai 2010

LA FABRICATION DU MÂLE - 8e partie

c) L’échec individualisé

Une vision individualiste ne permet pas d’identifier les composantes sociales d’une difficulté. Ainsi, une intervention orientée uniquement vers une responsabilisation individuelle ne fait qu’accroître l’isolement et donne pour image que l’homme est le seul à ne pas réussir ce qu’il devrait normalement réaliser. L’échec devient individualisé; c’est l’individu qui ne fait pas assez d’effort, trop faible, trop sensible, trop fort, trop libre, il n’a pas assez fait, trop fait ou rien fait. C’est l’individu qui devient l’objet problématique. L’échec individualisé est un moyen puissant favorisant l’aliénation masculine et légitimant le mépris, l’humiliation et l’isolement.

Les interventions qui blâment l’individu exclusivement, qui blâment les autres exclusivement et/ou qui blâment les autres exclusivement entraînent la culpabilisation et la dévalorisation individuelle (Moreau, 1982). La responsabilisation doit donc tenir compte à la fois des facteurs individuels, relationnels et sociaux et de l’autoaliénation comme de l’aliénation des autres.

d) La valeur de l’homme en tant que commodité

Une des tendances aliénantes de notre société consiste à établir la valeur d’un individu en fonction de son utilité : la production pour les hommes et la reproduction pour les femmes. Certaines interventions semblent avoir comme principal objectif de conditionner l’homme à tenir un rôle moins nuisible pour son entourage, en l’amenant à être un agent de support ou de développement pour ses proches ou, encore, en redevenant rapidement un objet productif dans l’organisation du travail.

« On devrait faire comprendre aux hommes qu’en se suicidant, ils mettent leur famille dans le trouble ». L’appel au père responsable est une des versions les plus répandues de la considération des hommes en tant que commodité. En périnatalité, le père peut être amené, par exemple, à être supportant pour sa conjointe avec peu d’égard pour ce qu’il vit comme bouleversements et questionnements à l’approche de la paternité. Une fois père, il sera l’objet d’intervention afin de favoriser le développement de ses enfants. Il pourra également recevoir des services en violence dans un secteur où l’objectif principal est l’élimination de la violence faite aux femmes et aux enfants et la prévention de la transmission intergénérationnelle de la violence. Ces interventions, par ailleurs pertinentes, ciblent toujours et uniquement le développement et la sécurité des proches des hommes ou la réduction de « coûts sociaux » en oubliant au détour le principal intéressé.

Un des pièges de l’intervention auprès des hommes est donc de leur apporter une aide qui valide involontairement qu’ils se doivent de redevenir un objet utile ou les contraignent à se dissocier pour le devenir davantage.


* à suivre *

0 Comments: