mercredi 14 juillet 2010

L'HOMME FACE À LA SÉPARATION : 8e partie

Le père qui s’éloigne

Un conflit ouvert avec la mère après la rupture peut aussi provoquer ou exacerber un sentiment d’incompétence chez un père qui se questionne peut-être déjà sur sa valeur et sur ce qu’il peut bien apporter de plus à ses enfants que ce que leur mère leur donne déjà. Particulièrement lorsque la mère a décidé de la rupture, la déchéance conjugale peut aussi être perçue comme une déchéance parentale (Dulac). En effet, les pères qui n’ont pas choisi la séparation ont plus de difficultés à poursuivre leur relation avec leurs enfants (Umberson et Williams).

Également, certains aspects légaux peuvent interférer dans les liens du père avec ses enfants. Tel que mentionné précédemment, les pères qui ne se prévalent pas de la garde partagée décrochent beaucoup plus souvent. En effet, dans un contexte où ce temps avec les enfants n’est pas encadré par une entente formelle, ces moments privilégiés sont soumis aux aléas du quotidien :

Le retrait du père survient souvent par suite d’une série d’omissions plutôt que
d’objectifs planifiés, alors que l’absence du père s’installe au fil du temps,
au fur et à mesure que les intervalles entre les visites sont permises,
tolérées, voire encouragées (Dulac).
Lorsqu’il n’y a pas de garde partagée, un père peut être tenté de baisser les bras, dû au fait qu’il s’estimait peut-être plus ou moins compétent, que les enfants n’ont pas manifesté les signes d’affection auxquels il s’attendait. Les parents n’ayant pas de garde partagée vivent plus intensément des sentiments de solitude, d’insécurité et d’impuissance (Kruk). À cet égard, il est pertinent de se questionner sur la place des pères dans le système judiciaire. En effet, des recherches font état des difficultés judiciaires pour obtenir la garde de leurs enfants lors de conflits avec la mère et de l’incidence qu’elles peuvent avoir sur la motivation du père à préserver le lien avec ses enfants (Fox et Blanton).

En outre, les questions financières font partie de la responsabilité que les deux parents assument ensemble. Il arrive toutefois que ce sujet devienne un irritant dans les rapports avec les enfants, même s’ils ne sont pas directement concernés. Combiné au fait que les rapports avec les enfants sont discontinus, il peut arriver qu’un père cède au sentiment de n’être qu’un « guichet automatique » auprès de son enfant et adopte une position rigide :

Je lui ai dit d’aller voir sa mère, que je payais une pension alimentaire assez
grosse pour les deux. (…) Elle s’est toujours servie de moi quand elle avait
besoin d’argent. (Antoine).

Également, l’arrivée d’une nouvelle conjointe dans la vie du père peut avoir un impact sur ses liens avec ses enfants :

Ma fille ne veut rien savoir de ma conjointe puis, quand je la rencontre, bien
je la rencontre seule au restaurant puis ça fait bien de la peine à D. (nouvelle
conjointe), puis moi aussi, mais elle ne veut rien savoir. (Antoine).
Enfin, la reconnaissance sociale du rôle de père semble avoir un certain apport dans le niveau de motivation à s’engager auprès de ses enfants :

Quand t’as cette reconnaissance-là, que tu es un bon papa, ça te donne le goût de continuer à être un bon papa. Ça doit être pas pire ce que je fais, ça c’est stimulant. (Benoît).

Également, l’entrée d’un nouveau conjoint dans la vie de la mère des enfants et qui crée un lien avec ces derniers peut donner l’impression au père qu’il a été remplacé et que ses enfants sont désormais heureux sans lui (Mandell).


* à suivre *

0 Comments: