lundi 27 décembre 2010

LA NOTION DU DÉSIR CHEZ LE COUPLE 1e partie

INTRODUCTION

Nous savons que les besoins fondamentaux tels que manger, boire, dormir sont liés à la survie. Ils impliquent une nécessité de satisfaction minimale. Pour Denis Vaysse, le besoin « est une force transformatrice qui réduit ou détruit l’objet auquel elle s’adresse. La satisfaction du besoin, sa disparition, survient avec la consommation de l’objet. Le pain que je mange supprime la tension douloureuse de la faim. À terme l’objet-pain et le besoin-faim se sont supprimés l’un par l’autre. »

Pour ce qui est des besoins relationnels et affectifs, la non-satisfaction ou une réponse différée ouvre à un processus plus conflictuel et plus complexe, celui du désir. Ce qui sera recherché alors n’est pas la suppression du besoin mais l’entretien de cet état. Désirer l’autre, en effet, c’est le vouloir pour ce qu’il est ; c’est, par conséquent, renoncer à en faire l’objet de son besoin, à le réduire. Tout se passe comme si la répétition indéfinie du besoin, avec l’augmentation puis les ruptures de tension qu’un tel processus implique, nourrissait la permanence du désir humain. Denis Vaysse dit en effet qu’ « il nous est possible de désirer quelqu’un pour lui-même, de l’aimer, dans l’exacte mesure où nous n’en n’avons pas besoin, où il nous est impossible de le consommer ou de le connaître ». Ce mouvement que nous appelons désir naît ainsi du besoin qui meurt en quelque sorte. Le lieu où s’exerce cette conversion toujours à refaire est l’amour. Et Denis Vaysse d’affirmer qu’ « aimer, suppose, à l’ultime limite, qu’on puisse renoncer à l’être aimé quand celui-ci veut reprendre sa propre liberté et garder intact son amour pour lui ».


* à suivre *

0 Comments: