jeudi 30 décembre 2010

LA NOTION DU DÉSIR CHEZ LE COUPLE 4e partie

GRANDIR TOUT SEUL

Ainsi, il est un âge (non défini dans les manuels de psychologie) où les enfants peuvent apprendre à leurs parents à grandir tout seuls! Cette distinction entre le besoin et le désir dans le cadre d’une relation avec un être proche nous permet de mieux saisir quelques-uns des pièges qui sous-tendent parfois une relation amoureuse. Une femme dira par exemple : « En dehors de moments merveilleux que nous avons partagés, j’ai connu de grandes frustrations avec cet homme. Sa non-disponibilité, ses absences prolongées, imprévisibles créaient en moi une angoisse parfois difficile à supporter. J’avais besoin de son amour, de sa présence, de ses attentions. Son regard sur moi m’assurait de ma propre existence, me confirmait ma valeur. Mais je me suis retrouvée un jour saturée de souffrance. Quelque chose s’est défait. J’ai pu mettre une certaine distance entre cet homme et moi, et me rencontrer enfin. Progressivement, j’ai pris conscience d’une force nouvelle en moi. Timide d’abord, plus assurée ensuite, elle est finalement devenue une certitude : Je pouvais exister en dehors de cet homme. Dès l’instant où je me suis en quelque sorte reconnue, respectée, j’ai pu me sentir à nouveau proche de lui et de tout ce qu’il y avait de beau et de riche dans notre relation malgré ses insuffisances. J’étais, comme par enchantement, entrée dans le désir, et je le suis encore. »

En renonçant à contrôler le désir de l’autre, en cessant de le comparer au sien, en prenant le risque de se confronter à son propre désir, un espace de liberté et aussi de respect de soi et de l’autre peut s’ouvrir. « Quand le besoin de l’objet (…) se transmue en renoncement et en dessaisissement, l’étonnement prend la place de la revendication. C’est peut-être le premier signe de l’amour », conclut Denis Vaysse.


* à suivre *

0 Comments: