vendredi 28 janvier 2011

LA NOTION DU DÉSIR CHEZ LE COUPLE 25 partie

Après avoir obtenu son bacc, elle a pris un appartement avec Frank, un garçon dont le désir était encore plus vif que le sien. Au début, elle considérait leur vie à deux comme un festin permanent à la gloire de la sensualité. Dès qu’elle avait envie de sexe, son désir s’assouvissait. Mais au bout d’un an de vie commune, elle a commencé à se sentir submergée par le désir incessant de Frank : « Le sexe m’était offert, que je le veuille ou non, le matin et le soir. Je me suis mise à souhaiter des coupures ». Après trois ans passés avec lui, elle se sentait complètement envahie. « J’en étais arrivée au point où je n’éprouvais plus aucun désir du tout. D’ailleurs comment en aurais-je eu le temps puisqu’il passait son temps à me sauter dessus? « Écarte-toi de moi! » J’ai commencé à le repousser de plus en plus souvent. Le sexe est rapidement devenu le principal problème dans notre relation. Il n’était jamais rassasié et moi je me sentais au contraire assaillie »….Son partenaire et elle s’étaient laissé prendre dans les filets et la polarisation.

Il est plus facile de comprendre la réaction de Jeannette si on l’extrait du contexte sexuel. Imaginez comment vous réagiriez si votre partenaire vous servait à manger sur un plateau, systématiquement, une heure avant que vous ayez faim? Au début, vous seriez touché(e) par ses marques d’affection. Il est toujours agréable d’avoir à ses côtés quelqu’un qui sait devancer vos désirs. Mais à la longue, cela vous énerve un peu. Le plateau de nourriture vous est servi, que vous le vouliez ou non. Vous commencez à le repousser. S’il continue à vouloir vous nourrir alors que vous n’avez pas faim, vous allez commencer à lui en vouloir. Vous aimez manger, vous avez besoin de manger, vous ne pourrez survivre sans nourriture, mais vous ne voulez pas que ce soit votre partenaire qui détermine quand, et à quelle fréquence, vous devez manger! Vous êtes tous deux polarisés sur le problème de la nourriture.

La même dynamique s’applique au sexe. Si quelqu’un vous sollicite constamment avant que vous éprouviez du désir, vous perdrez votre appétit sexuel. Vous commencez à vous sentir comme un outil permettant d’assouvir le désir de l’autre.

Très vite, vous commencez à dresser des barrières entre vous dès qu’il est question de faire l’amour : « Oui, chéri(e), je serais très content(e) de faire l’amour, mais à condition qu’il fasse assez chaud dans la chambre, qu’il ne soit pas trop tard, que la vaisselle soit faite, que j’aie fini mon travail pour le bureau, que le chien ait été sorti,… » Malheureusement, peu à peu, vous avez perdu de vue que vous aussi éprouviez du désir, et preniez énormément de plaisir aux joies du sexe.

À présent, examinons la situation depuis l’autre côté du lit. Elle vous apparaît radicalement différente si c’est vous qui éprouvez un fort désir. Au début de votre relation, votre partenaire semble aussi motivé(e) que vous par le sexe. La nouveauté de la relation ajoutée à la contagion de l’amour romantique rendent vos rapports amoureux aussi merveilleux que passionnés. Puis, au bout de quelques mois, de quelques années, ou à la naissance d’un bébé, l’intérêt de votre partenaire pour le sexe s’émousse. Vous avez l’impression que c’est toujours vous qui prenez l’initiative. À votre grand regret, votre partenaire a de plus en plus de mal à se laisser porter par l’excitation. Du coup, vos rapports sexuels se passent sans grande passion car vous vous sentez retenu(e) par l’inertie de votre partenaire. (Je me souviens de ce que m’a dit un de mes clients : « Quand ma femme et moi faisons l’amour, j’ai la sensation de la pousser en brouette, inerte, en haut de la montagne. C’est moi qui fais tout le travail »).

Si malgré vos efforts la situation ne s’améliore pas, vos allez peut-être vous sentir irrité(e) ou rejeté(e). Peut être allez-vous vous inquiéter de ce que votre partenaire n’est plus amoureux(se) de vous, qu’il(elle) a une aventure avec quelqu’un d’autre ou que vous ne l’attirez plus physiquement.

* à suivre *

0 Comments: