lundi 31 janvier 2011

LA NOTION DU DÉSIR CHEZ LE COUPLE 26 partie

J’ai mieux compris le point de vue des personnes ressentant un fort désir pour le sexe après avoir écouté un groupe d’hommes parler de ce qu’ils éprouvaient face à la leurs partenaires qui repoussaient constamment leurs avances. Leur douleur et leur frustration étaient « palpables » :


Léo : « Quand ma femme ne montre aucun intérêt pour le sexe, je me sens vide, triste, laissé pour compte, rejeté, séparé…. »

Bertrand : « J’ai l’impression de n’avoir aucune valeur, et ceci dans tous les domaines de mon être. »

Frank : « Je me sens frustré, en colère, irrité. »

Marc : « Je me sens embarrassé. »

Jean : « Je me sens repoussé, rejeté. C’est comme une castration. »

Bertrand : « Je me sens humilié. »

Marc : « Vous savez, le manque de réaction ne débute pas systématiquement au lit!
Quand elle affiche le signal « non » inutile d’insister, et je n’ai pas besoin d’arriver au lit pour m’en apercevoir! Je le sais dès le matin, et cela me déprime pour toute la journée. »

Daniel : « Je me sens inutile et impuissant. Quand je sais que ma femme va me tourner le dos, je suis incapable de faire quoi que ce soit. C’est une sensation très désagréable. »

Simon : « J’éprouve un réel désir pour ma femme. J’aimerais qu’elle me désire aussi. Est-ce trop demander? »

Dans ce groupe d’hommes, l’intensité de leur colère ou de leur sentiment de rejet semblait dépendre, jusqu’à un certain point, de la durée de leur relation avec leur partenaire. Contrairement aux autres, l’un des hommes a dit que cela ne le dérangeait pas quand sa petite amie n’avait pas envie de faire l’amour. En fait, il considérait cela un peu comme un défit, a-t-il dit dans un large sourire.

« Ah oui? », a dit l’homme assis à côté de lui. « Et depuis quand vivez-vous ensemble? ».
« Deux ans », a répondu l’autre.
« Eh bien, revenez m’en parler quand vous aurez treize ans de mariage derrière vous. Nous verrons si vous souriez toujours autant. »

Les hommes ne sont pas les seuls à faire l’expérience de la frustration. Les femmes ayant un fort taux de désir, avec un partenaire en ayant un faible, peuvent se sentir tout autant mal aimées, rejetées et même désespérées. Une de mes patientes actuelles est profondément déprimée du manque d’activité sexuelle au sein de son couple. « Je vais avoir 40 ans au mois d’août », m’a-t-elle dit. « Je me trouvais seule dans une chambre d’hôtel, lors d’un récent voyage d’affaires. Je me demandais depuis combien de temps mon mari ne m’avait pas fait d’avances sexuelles. Puis je me suis dit : ‘Je ne ferai plus jamais l’amour’. Je me suis souvenue avec nostalgie des premiers temps de notre relation, quand nous faisions ensemble des choses folles et sauvages. Si je faisais ça maintenant, il me dirait : ‘Laisse-moi tranquille, ne me casse pas les pieds’. Il n’y a rien d’excitant dans notre mariage. Aucune passion. Et plus je réfléchissais à tout cela, plus je devenais malheureuse. Finalement, j’ai pleuré à gros sanglots pendant une heure et demie! »

* à suivre *

0 Comments: