dimanche 2 octobre 2011

VIOLENCE FAMILIALE 54e partie

Dans les chapitres précédents, l'on a vu le drame de la femme battue et ses conséquences sur la famille. Voyons maintenant celui des hommes battus sous la férule des femmes (Revue de Presse).



L'ombre du passé plane souvent sur la plupart des crises d'un couple. Le
souvenir d'un père violent, d'une mère violente ou alcoolique, d'un épisode vécu
dans l'enfance, que la conscience a enterré mais qui imprègne
l'inconscient, constituent le poids du passé. Lorsque certains
comportements se répètent et mettent en danger la survie du couple, il faut se
tourner vers le passé pour interpréter le présent.



Lorsque la femme est contrôlante, la plupart des conjoints s'écrasent devant elle : ils en perdent leur personnalité, à moins de réagir.

Certaines dynamiques de couple peuvent vous refiler la migraine, tellement elles sont complexes ! Dans ces cas, c'est bien souvent le mariage des deux personnalités qui se fait difficilement.

Toutefois, l'amour qui chapeaute la relation se veut si fort que les partenaires sont prêts à tout, ou presque, pour faire durer l'union. Un idéal de vie de couple doit se bâtir à deux, mais il arrive, parfois, qu'un seul membre en soit l'instigateur, ou l'instigatrice, dans le cas des femmes contrôlantes... Que deviennent alors les partenaires ?
Types de personnes contrôlantes
Les personnalités, au sens général et non telles que définies par les manuels de psychologie, nous informent quant à la nature propre de l'individu. Par contre, il est souvent difficile de reconnaître la personnalité de quelqu'un avant d'avoir vécu, voyagé ou traversé une épreuve avec lui (ou elle), car le quotidien permet à plusieurs de ne montrer qu'une seule facette de leur personnalité.
Camoufler les zones d'ombre peut s'avérer facile si on est de nature joviale ou expressive, par exemple !
De façon générale, les personnes contrôlantes le sont depuis leur tendre enfance. Le développement de stratégies de survie se fait pour chaque individu, selon le cheminement de vie dans lequel il s'est aventuré (ou dans lequel on l'a plongé.
Toutefois, il arrive, aussi, que la personne développe son " côté contrôlant " une fois rendue à l'âge adulte. La notion de pouvoir, drôlement prônée dans la société, en pousse plus d'un à développer un plan de vie autour de cet aspect, en laissant aux autres le choix : tu suis ou tu fonces !

Unanimement, ou presque, on peut s'entendre pour dire que l'origine du besoin de contrôler se vit à travers l'insécurité. L'anxiété pousse les femmes à vouloir contrôler leur environnement ou les gens, car elles sont alimentées par de nombreuses peurs.
Prendre le contrôle, pour elles, signifie alors que les choses seront faites selon leurs critères (donc bien faites, à leurs yeux, naturellement) et cela sera rassurant, pour elles. De plus, la femme anxieuse trouvera un réconfort et une valorisation en contrôlant, car elle a l'impression que c'est grâce à elle que tout fonctionne rondement.

La femme poule est celle qui contrôlera en surprotégeant ses petits ou, même, son conjoint. Elle se fait la gestionnaire de la maisonnée tout entière et associe étroitement le fait de «prendre soin» et d'aimer. Pour elle, l'un ne va pas sans l'autre. Par contre, dans le détour, elle oublie que les membres de sa famille ont une personnalité et des besoins différents des siens. On a souvent le goût de lui dire : «Laisse-moi vivre ma vie à ma manière !»

La dominatrice est certainement la plus redoutable des femmes contrôlantes puisqu'elle commande tout. Dès l'instant où les choses ne se passent pas à sa manière, ce n'est pas bon, et cela déclenche, en elle, une rafale d'émotions, qu'elle fait irrémédiablement subir à son entourage. Elle usera alors de culpabilisation et de manipulation pour parvenir à ses fins et, finalement, obtenir ce qu'elle veut.

La femme qui a besoin que tout soit parfait endosse souvent le rôle de la superwoman aux yeux des autres. Elle est redoutable, elle aussi, car elle utilise la ruse pour parvenir à ses fins. Elle préfère tout faire elle-même, car elle se sent constamment insatisfaite lorsque les autres accomplissent des tâches.

Elle régente ce que les autres doivent porter, comment ils doivent travailler et comment ils doivent se comporter... Elle n'accepte pas que son conjoint s'occupe des enfants, car il ne le fera pas bien (selon elle, évidemment).

Bref, il est possible qu'une femme contrôlante possède tous ces traits de caractère en même temps, ce qui fera d'elle une partenaire de vie plutôt impossible...
Les conjoints s'écrasent
Malheureusement, lorsque la femme est contrôlante, la plupart des conjoints s'écrasent devant elle : ils en perdent leur personnalité, à moins de réagir. S'il s'unit à elle et se laisse faire, elle choisira maintenant ses amis, décidera de ce qu'ils achèteront (et ce, même si son pouvoir d'achat personnel à elle est inexistant), influencera sa manière d'être avec les gens qui les entourent... bref, rien de très sain, à long terme.

Toutefois, bonne nouvelle ! Les couples qui savent reconnaître ce type de dynamique peuvent prendre des moyens (en thérapie) pour faire changer les choses. Madame s'occupera de comprendre les raisons de son besoin de contrôle et modifiera les manques personnels à combler, et Monsieur comprendra les raisons qui l'ont poussé à choisir ce type de femme ; il adoptera des stratégies pour augmenter sa confiance et son estime de lui afin de ne plus se laisser contrôler par qui que ce soit.


JULIE PELLETIER
29/05/2011 09h24
Journal de Montréal

0 Comments: