mardi 20 décembre 2011

LA DÉTRESSE DES HOMMES - 19e partie

À chaque fois qu’il était fait mention d’une rencontre avec un esprit, on pouvait pressentir que le patient se trouvait dans un rapport particulier avec le défunt et avec son entourage, au moment du décès et même actuellement. En effet, il apparaît que toutes les situations traumatiques, ainsi que tous les décédés de malemort ne donnent pas lieu à un retour de fantômes; certains immigrants ne parleront jamais de fantômes, tandis que d’autres évoqueront alternativement des mauvais rêves et des fantômes pour caractériser des phénomènes radicalement différents. On ne saurait donc supposer que tous les immigrants traduisent leurs “cauchemars” par des énoncés standards, culturellement déterminés, au moyen de représentations traditionnelles de la maladie. À ce titre, l’alternance des énoncés chez un même patient nous incite à croire que le “mauvais rêve”, bien que moins “exotique”, serait aussi une représentation traditionnelle traduisant pour le sujet une expérience d’une toute autre nature.

0 Comments: