dimanche 15 janvier 2012

LA DÉTRESSE DES HOMMES - 29e partie


L’homme en détresse  cherche à travers sa souffrance à se faire estimer par autrui.

Si ce n'est sur le plan de la fidélité et de la vertu, ce sera sur celui de la souffrance.   
Il exhibera cette souffrance et toutes ses misères comme une vertu.

Il transformera l'humiliation et la défaite en titre de gloire.  Même s'il n'est pas physiquement attirant et gracieux  (et ne fait rien pour s'améliorer)  il attirera l'attention des autres sur sa disgrace, physique et morale, et se forgera une affirmation de sa personnalité.

" Je suis celui qui doit souffrir et être humilié toute ma vie,  c'est le rôle que Dieu m'a réservé sur la terre".
C'est le rôle que l’homme en détresse s'est crée  spécialement et méticuleusement pour lui,  interdisant à qui que ce soit de l'emprunter ou de le copier.  Il a l'air de vous dire chaque fois qu'on le rencontre, qu'il est l'incarnation même de la souffrance et de la douleur.  À noter toujours  que l’homme en détresse ne fait jamais rien pour améliorer ses conditions d'existence, et que au contraire si la chance lui sourit, il en est le premier déçu,  inventant n'importe quel prétexte pour transformer cette chance en malchance et en échec.

A force de côtoyer ces  "mordus"  de la misère,  on se rend compte que leur comportement n'est pas normal  et qu'ils désirent qu'on les remarque,  non pour leur réussite et leur talent, mais pour leur remarquable performance à s'identifier à la souffrance.  Chacun se fait remarquer avec les moyens propres à leur personnalité.

Cependant,  personne ne peut dire  que ce malchanceux ne fait pas consciemment  de son mieux pour réussir. Il multiplie les démarches auprès de solliciteurs bénévoles et charitables qui sont en mesure de le conseiller et de l'aider,  il ne contredit pas ceux qui s'occupent de lui,  il a vraiment l'air de vouloir sortir de ses ennuis  et de sa situation désavantageuse.  Tout le monde fait l'impossible  et personne ne parvient  au but véritable,  encore moins  la personne intéressée.  Cette personne, l’homme en détresse, est surtout intéressée à un échec  et non à la réussite.  Le pouvoir de l'instinct de l’homme en détresse l'entraine irrésistiblement à contourner les situations avantageuses et à les détourner de leur efficacité.  Ainsi, a-t-on arrangé une entrevue  avec une personne qui pourrait être utile à l’homme en détresse ?  il a accepté chaleureusement l'offre intéressante  mais s'arrange pour arriver en retard  et manquer le rendez-vous.  S'il y est à l'heure dite,  c'est dans une tenue si négligée,  une attitude si médiocre qu'il perd toutes les chances de donner bonne impression à son interlocuteur.  Dans toute situation bénéfique ou qui pourrait l'être,  il oppose une diminution de sa personnalité véritable qui le met immédiatement en infériorité.

Chaque personne,  dans tous les milieux sociaux, est en mesure de rencontrer un voisin, un parent ou un ami, dont le dessin semble être toujours orienté vers la malchance. 

Il faut toujours se méfier d'une répétition trop sempiternelle de l'échec et des ennuis.  Elle cache une volonté inconsciente  de non réussite.

0 Comments: