lundi 18 juin 2012

LA PHILOSOPHIE - 7e partie


VIE PSYCHIQUE VS CORPS

Peut-on étudier la vie psychique sans se préoccuper du corps.
I- Pour avoir des connaissances psychologiques sûres et utilisables dans la vie, point n’est besoin de se mettre à l’école du physiologiste: il suffit de s’observer soi-même et d’observer les autres.

a) Ainsi, pour étudier le processus de la formation des idées, de l’évocation des souvenirs, de la genèse du raisonnement, on ne voit pas qu’il soit utile de connaître les phénomènes de l’assimilation ou de la respiration.

b) La vie affective est sans doute assez intimement liée à la vie organique; mais l’introspection suffit pour établir entre l’affectivité et la pensée des rapports très intéressants.

c) Enfin, suivre le cheminement de l’esprit qui aboutit à la décision volontaire est encore affaire d’observation intérieure, et l’étude du corps n’y est guère utile.


II- Cependant, si on peut avoir de l’homme une connaissance très utile sans se livrer à des études proprement physiologiques, aucun psychologue ne peut se passer des données de la physiologie vulgaire


a) il ne comprendrait rien à l’homme s’il ignorait la dépendance étroire du “moral” et du “physique”.

b) la vie affective, en particulier, n’apparaît guère que comme une sorte de doublure de l’état et de l’organisme.

III- Mais une psychologie scientifique ne peut pas se passer d’une connaissance scientifique du corps.

a) il est en effet des organes de la plus grande importance dans la vie de l’esprit, que l’observation immédiate ne nous fait pas connaître.  C’est le cas, non seulement des glandes endoctrines, mais encore du cerveau lui-même et de ses diverses circonvolutions, dont le rôle n’est progressivement précisé que par des observations scientifiques.

b) Ensuite, une psychologie scientifique demande des précisions qui nécessitent un appel aux données exactes de la physiologie: par exemple, le problème de l’émotion a fait de grands progrès gràce à la notion physiologique de chronaxie, déterminée par M. Louis Lapicque.

La psychologie restera toujours la science qui se fonde essentiellement sur l’introspection.  Mais le psychologue doit de plus en plus se doubler d’un physiologiste faisant usage du microscope et du scalpel.  C’est pour cela que nombre psychologues modernes sont en même temps médecins.

0 Comments: