samedi 4 juillet 2009

La Mort - 16e partie

Bossuet prédicateur chrétien
dans les Oraisons funèbres.


« Bossuet instruit les vivants par l’exemple des morts », avait dit le Cardinal de Polignac dans son discours de réception à l’Académie française, où il faisait l’éloge de son prédécesseur) 3 août 1704)..


Bossuet a profondément transformé l’Oraison funèbre, genre qui n’avait rien fourni de remarquable avant lui, et il a réalisé des chefs-d’œuvre d’éloquence sous l’inspiration de son génie oratoire et de son âme sacerdotale.

1. Comment il conçoit l’oraison funèbre. Avant lui elle n’était qu’un discours d’apparat, un panégyrique. Il en fera un récit fidèle de la vie du défunt et un portrait véridique, destiné à l’édification de son auditoire. L’idée commune à tous les discours sera celle-ci : c’est la mort qui juge la vie et ramène l’homme à la pensée de sa destinée surnaturelle.

2. Bossuet recherche la vérité.
a) Vérité historique. Il replace ses héros qui appartiennent à l’histoire dans le cadre des grands événements généraux de leur temps.
b) Vérité psychologique et morale. Il s’informe avec soin des circonstances de la vie privée et étudie les caractères et les âmes.

3. Bossuet cherche à instruire son auditoire des vérités chrétiennes. Il dégage le sens religieux de chaque vie qu’il retrace.

Conclusion. – Bossuet imprime à l’oraison funèbre son vrai caractère. Il ne perd jamais de vue son auditoire qu’il cherche, de toute son éloquence, à émouvoir et convertir.



* à suivre *

0 Comments: