mardi 17 novembre 2009

LA PERSONNALITÉ - 7e partie

Les extrémistes des deux écoles auront peut-être tendance à minimiser l’autre comme le dit si bien Jean Rostand : « chacun défend son territoire moral et surestime le « bien » dont il a la charge ».
Et d’ajouter avec une pointe d’ironie, « c’est la tradition depuis Bergson, de réclamer pour l’humanité un « supplément d’âme ». De vrai, elle (humanité) est moins menacée par l’indigence morale que par la pluralité de ses idéaux. Si elle périt, la faute n’en sera pas à son égoïsme, mais à l’antagonisme de ses dévouements ».

L’opinion de deux savants nous permet de conclure de sujet; Mounier précise ceci : « Les milles manières dont je puis le (homme) déterminer comme un exemplaire d’une classe m’aident à le comprendre et surtout à l’utiliser, à savoir comment me comporter avec lui. Mais ce ne sont que des coupes prises chaque fois sur un aspect de son existence, mille photographies échafaudées ne font pas un homme qui marche, qui pense, et qui veut ». Mounier réclame donc ici l’aspect ontologique en tant que philosophe.

Chose étonnante, certains psychologues tiennent également compte de l’aspect philosophique pour porter un jugement de valeur.

Carl Rogers, grand psychologue américain contemporain, consacre dans son livre On becoming a Person toute la quatrième partie à la philosophie de la personne.

« J’ai découvert, dit-il, certaines données philosophiques sur la vie et les buts vers lesquels l’individu progresse lorsqu’il est libre….. »… La plupart des psychologues se croient insultés lorsqu’on les accuse d’avoir des pensées de philosophie. Je ne partage pas cette réaction. Je ne puis m’empêcher de m’interroger sur le sens de tout ce que j’observe…. »

Et il poursuit en soulignant l’aspect complémentaire des sciences expérimentales et des sciences philosophiques, pour découvrir la personnalité de quelqu’un : …. »je crois avoir bien exprimé les observations qui se cristallisent pour moi en deux thèmes importants :

-ma confiance en l’organisme humain, lorsqu’il fonctionne librement (sciences expérimentales)
-et l’importance existentielle d’un mode de vie satisfaisant, thème qu’ont abordé quelques-uns de nos philosophes les plus modernes (sciences philosophiques).

Mais qui avait déjà été remarquablement énoncé il y a plus de vingt-cinq siècles par Lao-Tseu quand il disait : « La manière d’agir, c’est la manière d’être ».

* à suivre *

0 Comments: