mardi 1 décembre 2009

LA PERSONNALITÉ - 20e partie

CONCLUSION
L’ensemble des étapes du développement humain démontre que toutes les étapes de la vie sont reliées entre elles, pour aboutir à une crise constante de l’identité. Tout se ramène en définitive à une question d’identité, et l’identité est assurée à chaque étape grâce à l’équilibre des adultes.

Seul un sentiment qui s’accroît graduellement fondé sur l’expérience de santé sociale et de solidarité culturelle à la fin de chaque crise majeure de l’enfance, promet cet équilibre périodique dans la vie humaine qui donne un sentiment d’humanité par l’intégration des stades du moi.

Mais partout où ce sentiment est perdu, partout où l’intégrité se change en désespoir et en dégoût, partout où la générativité se change en stagnation l’intimité en isolement et l’identité en confusion, un ensemble de peurs infantiles associées se réveillent : car seule une identité sûrement annexée dans le « patrimoine » d’une identité culturelle peut produire un équilibre psycho-social réalisable. (Childhood p. 402).

Pour mieux comprendre l’adolescent d’aujourd’hui, il faut connaître l’identité et son importance dans l’ensemble de la vie humaine. Elle est d’abord confiance au début de la vie et devient intégrité à l’âge adulte.

BIBLIOGRAPHIE
1950, Childhood and Society
Cet ouvrage établit ce fondement et la structure générale de l’œuvre d’Erikson
On retrouve l’identité située dans son contexte psycho-social.

1958, Young Man Luther
Ce volume est une étude psycho-historique. À travers ce personnage de Luther replacé dans son milieu et son époque Erikson étudie les relations entre l’identité et l’idéologie.

1959, Identity and the Life Cycle
Trois articles réunis sous un même titre où il s’explique sur le concept d’identité, comme dans ses autres ouvrages.
Erikson veut montrer dans cette monographie , l’unité du cycle humain tout en insistant sur l’adolescence.

1964, Insight and Responsibility
Il étudie les implications éthiques de l’approche psychanalytique de l’homme.

* à suivre *

0 Comments: