jeudi 31 décembre 2009

LA PERSONNALITÉ - 47e partie

L’APPORT DE MASLOW

INTRODUCTION

De nombreux chercheurs ont tenté de déterminer quels sont les principaux besoins que l’homme cherche à satisfaire. Abraham H. Maslow (1908-1970) a particulièrement réussi. C’est lui qui a élaboré une théorie de la personnalité et de la motivation humaine à partir des besoins tout en se faisant le promoteur d’une psychologie de la santé. Sa théorie mise beaucoup sur la liberté humaine et la capacité qu’a l’homme de s’auto-actualiser. Voyons maintenant qui est cet homme et qu’elle est sa théorie.

Données bibliographiques

Maslow a grandi dans la ville de New York, mais c’est à l’Université du Wisconsin qu’il effectuera ses études universitaires en psychologie expérimentale pour revenir ensuite à New York où il enseignera une bonne partie de sa vie au Brooklyn College et à Brandeis University. Il est attiré d’abord, à cause de sa formation, par le behaviorisme et le comportement des primates face au temps, au choix de nourriture et aux patterns de dominance et de soumission. Il laisse graduellement ce champ de recherche pour se consacrer à l’analyse des liens existants entre les comportements des primates et les comportements des hommes au plan sexuel et affectif.

Maslow publie en 1943 un article fort intéressant sur la motivation humaine, article qui retient l’attention du public universitaire. Cette même année marque pour lui le début d’une longue réflexion sur la motivation humaine et l’actualisation de soi. C’est cette dernière contribution qui retient notre attention. À partir de 1954, l’orientation de ses travaux porte désormais sur l’analyse de la personnalité saine et épanouie par opposition aux études et recherches des autres psychologues qui s’intéressent surtout à l’aspect pathologique de la personnalité. Maslow dégage les motivations et les caractéristiques propres aux individus pour pouvoir aider ceux qui se sentent arrêtés dans leur développement de l’actualisation de soi. Plus spécifiquement, il définit les étapes que l’homme doit nécessairement parcourir pour arriver à son plein épanouissement.

L’œuvre de Maslow est considérable, nous avons répertorié plus de 150 titres. Goble (1970) lui consacre un ouvrage entier où il analyse la contribution maslowienne. De son côté, Lowry (1973) dresse un portrait intellectuel et dégage les grades lignes de la pensée et de la contribution de Maslow à la psychologie humaniste. En revanche, la veuve de Maslow, Bertha Maslow (1972) essaie, à titre d’éditrice, de synthétiser les faits marquants de sa carrière universitaire à travers les témoignages de ses confrères dans un ouvrage commémoratif. Ce sont là des sources fort utiles pour ceux qui veulent de bonnes pistes de lecture et une vue d’ensemble de l’œuvre de Maslow.

En psychologie contemporaine, c’est à Maslow qu’on doit l’expression troisième force. En fait, Maslow est un des pionniers de la psychologie humaniste. Non seulement est-il considéré comme le père de ce courant, mais aussi comme un de ses leaders intellectuels. St-Arnaud (1982) nous dit que :

Historiquement la troisième force a permis le regroupement, à partir des
insatisfactions de tous ceux qui ne trouvaient pas dans les modèles
traditionnels de la psychologie les outils appropriés pour l’étude de l’activité
humaine (p.21).


La théorie de Maslow est largement expliquée dans Toward a psychology of being (1968b), œuvre traduite en français sous le titre de Vers une psychologie de l’être (1968a et 1972b). Cet ouvrage dégage bien que sa théorie de la personnalité est en définitive une théorie de la motivation humaine. Regardons maintenant de plus près cette théorie.
* à suivre *

0 Comments: