samedi 23 janvier 2010

LA PERSONNALITÉ -- 70e partie

Delisle (1984) signale que la théorie du désengagement repose sur deux bases. Au plan biologique l’approche de la mort et le déclin des aptitudes rendraient inévitable le désengagement. Ce même auteur (1984, p. 65) va jusqu’à dire que :


L’individu vieillissant aurait de moins en moins la force d’entretenir des
relations avec la société et celle-ci n’aurait pas besoin de gens dont la santé
décline.


Il s’agit là, bien sûr, d’un point de vue excessif que nous ne partageons pas, mais que l’on rencontre de plus en plus.

Au plan social, la théorie du désengagement suggère que le désengagement satisfait tout autant les besoins de l’individu que ceux de la société.

Par ailleurs, de nombreux auteurs ont critiqué la théorie du désengagement, en particulier, Thériault (1977), en soulignant le manque de synchronisation entre les attentes individuelles et les besoins de la société. En effet, la retraite habituelle à soixante-cinq ans n’indique pas toujours que les individus sont prêts à se retirer. Certains chercheurs croient en fait que la nouvelle génération de travailleurs âgés n’est plus aussi pressée que la précédente à se désengager parce qu’elle est plus saine, plus vigoureuse et moins meurtrie par un travail harassant. Les progrès médicaux ne seraient pas étrangers à ce renversement de même que le désir de participation sociale qui est plus grand aujourd’hui. En fait l’engagement dans la vie active pour les travailleurs âgés symbolise le prestige et la dignité que l’on veut redonner à nos aînés. Lentement mais sûrement, on assiste à un effort de revalorisation du statut du retraité qui l’éloignera du désengagement.

Enfin, au caractère trop universel de la théorie du désengagement, Maddox (1973) fait valoir l’idée qu’il n’y a pas qu’une seule façon de vieillir et que les événements de l’existence affectent de façon différente chaque individu. Plusieurs chercheurs ont d’ailleurs orienté leurs efforts vers d’autres avenues tablant sur une approche plus globale de la problématique du vieillissement.

0 Comments: