lundi 25 octobre 2010

CONFLITS ET MÉDIATION - 3e partie

Les sortes de conflits

La reconnaissance du conflit est le premier pas vers une gestion efficace de celui-ci. Les conflits peuvent se catégoriser de diverses façons. Pour le médiateur, il importe de bien évaluer les causes du conflit avant de choisir la méthode d’intervention appropriée. Wehr a identifié six causes principales et suggéré des procédures d’intervention. La première tâche du médiateur est de bien comprendre les causes du conflit et de diriger l’énergie des participants à trouver une solution.

Le litige peut être dû à un problème d’information. Il y a alors conflit sur les données. Les informations peuvent être insuffisantes, fausses et tout simplement être l’objet d’une évaluation ou d’une interprétation différente de la part des parties, soit qu’on ne donne pas la même importance aux mêmes choses ou qu’une interprétation personnelle des données empêche les individus de gérer le différend. Le médiateur doit alors s’assurer que toutes les données soient disponibles et clairement comprises, que l’on s’entende sur les priorités et que des critères communs soient développés pour débloquer l’impasse.

Les conflits de valeurs divisent fréquemment les individus. On utilise, par exemple, des critères différents pour évaluer ce qui est acceptable ou non dans un comportement. Les styles de vie diffèrent considérablement d’une culture à l’autre et à l’intérieur de la même culture. Les idéologies et les religions donnent naissance à des croyances et à des attitudes qui sont déterminantes pour la conduite et le comportement. Face aux conflits de valeurs, le médiateur évitera de définir les problèmes en termes de valeurs; il laissera les accords et les désaccords s’exprimer et tentera de trouver les points qui seront mutuellement acceptables pour les parties en litige.

Les conflits d’intérêts se rencontrent fréquemment dans les rapports entre les individus. Ils sont basés sur la compétition réelle ou perçue , ou encore sur des divergences basées sur le contenu ou sur les procédures. Ces conflits donnent lieu à des positions rigides de la part des acteurs. Le médiateur mettra l’accent sur les intérêts mutuels qui se cachent derrière les positions. Il cherchera à créer des options et à développer des solutions qui permettront la satisfaction des besoins. Il soulignera les forces en jeu et tentera d’ébranler les positions qui ne font qu’accentuer les différences.

Les conflits peuvent aussi être de type relationnel. Ces conflits se rencontrent souvent là où les individus ont été liés par des relations intimes. Les émotions négatives sont grandes et empêchent de voir les éléments de solution du litige. Les émotions ont besoin d’être contrôlées et la communication améliorée. Le médiateur favorisera la communication directe et tentera de créer un climat de confiance propice au développement de perceptions réciproques plus positives.

Enfin, au autre type de conflits est le conflit structurel. Il est souvent causé par une distribution inégale des ressources ou encore par un déséquilibre dans les pouvoirs que détiennent les parties. Les contraintes de temps ou les contraintes géographiques sont aussi génératrices de conflits structurels. Dans ce type de conflits, les modes de comportement et d’interaction sont souvent destructeurs. Le médiateur tentera d’établir une façon plus juste et plus démocratique de prendre les décisions, d’atténuer les modes de comportement négatifs et de favoriser une meilleure distribution des ressources.


* à suivre *

0 Comments: