vendredi 27 mai 2011

LA NOTION DU DÉSIR CHEZ LE COUPLE 107 partie

LA PEUR DE LA PASSION

Au cours de mes quinze années d’expérience en tant que sexologue et conseiller conjugal, j’ai rencontré très peu de couples, vivant ensemble depuis longtemps, ayant réussi à créer entre eux la formule magique : S2I Pourquoi tant de couples n’arrivent-ils pas au stade merveilleux de la passion? La réponse est celle-ci : quand il s’agit de s’aventurer dans les profondeurs de la passion et de l’intimité, nous sommes freinés par la peur. Les membres des couples maintiennent une certaine distance entre eux, un abîme de peur qui les empêche de s’atteindre et de construire le pont qui pourrait les relier. La peur de l’intimité ou la peur de la sexualité nous empêche de nous rejoindre.

Je sais que la plupart des gens n’envisagent pas de cette façon leurs difficultés sexuelles. Ils s’imaginent qu’ils pourraient avoir une vie sexuelle extraordinaire si….
« Si je n’étais pas aussi stressé par la vie courante. »
« Si nous avions plus de temps à consacrer au sexe. »
« Si mon partenaire se montrait plus amoureux. »
« Si ma partenaire était plus sexy. »
« Si je perdais dix kilos. »
« Si ma partenaire était plus séduisante. »
« Si mon partenaire était plus sensible. »
« Si mon partenaire savait exprimer ses émotions. »
« Si ma partenaire était plus romantique. »

Ils reprochent à leur partenaire, ou aux circonstances de la vie, le manque de passion qu’il y a dans leur couple. Ils n’ont pas conscience d’être simplement retenus par la peur.

En travaillant avec les couples, j’ai pu constater que ces peurs se cristallisaient sur de multiples choses. J’ai relevé ici les dix peurs qui reviennent le plus fréquemment. Ne les lisant, notez celles (s’il y en a) qui s’adressent à vous ou à votre partenaire.

1. La peur d’obtenir ce que vous attendez impatiemment :
Paradoxalement, une des raisons les plus courantes pour lesquelles les gens ont peur de la passion, c’est qu’ils la recherchent éperdument. S’il vous est arrivé d’avoir une jambe engourdie par une mauvaise circulation du sang due à une position trop prolongée, vous vous souvenez certainement de tous les picotements désagréables provoqués par le retour d’une circulation normale. Tant que la circulation était bloquée, vous ne ressentiez rien du tout. Mais quand elle s’est remise en marche, il vous a fallu subir un moment inconfortable jusqu’à ce que le sang ait retrouvé son flux normal.

Une réaction analogue se produit quand vous avez été privé(e) de passion sur une longue période. À mesure que le temps passe, vous faites de votre mieux pour engourdir vos sens et ainsi étouffer les souffrances émotionnelles. Votre psychisme ne peut tolérer qu’un certain taux d’inconfort au-delà duquel ce sont vos mécanismes de défense qui prennent le relais. Et quand finalement les circonstances de la vie vous offrent une relation aimante et intime avec quelqu’un, votre réaction est très forte et complexe. D’abord, vous ressentez de grosses bouffées de joie (peu d’expériences humaines sont aussi profondément gratifiantes que l’intimité passionnée), puis vous commencez à prendre douloureusement conscience de tout ce temps où vous ne vous êtes pas senti(e) aimé(e). Votre cœur se met à souffrir. C’est comme si la circulation dans votre cœur avait été interrompue et qu’elle était maintenant en train de se rétablir. Parallèlement à la joie d’obtenir ce que vous espériez si ardemment, vous ressentez la douleur que vous avez réprimée pendant si longtemps. C’est une des raisons pour lesquelles certaines personnes se mettent à sangloter après une expérience sexuelle particulièrement forte.

Cette réaction est encore plus prononcée chez les personnes ayant été privées d’amour une bonne partie de leur vie. Si vous ne vous êtes pas senti(e) aimé(e) et choyé(e) étant enfant, et si vous avez ensuite connu plusieurs relations amoureuses décevantes à l’âge adulte, il vous faudra affronter toutes ces années de privation quand enfin vous ferez l’expérience de la passion sexuelle. Il est donc compréhensible que tant de gens aient peur de faire face à cela. Ils s’approchent de la passion, mais au moment de franchir le pas, ils reculent et s’enferment dans leurs émotions pour se protéger. Ils préfèrent être retranchés dans leur cocon plutôt que de s’exposer aux émotions fortes du plaisir ou de la souffrance.

0 Comments: