mardi 3 mai 2011

LA NOTION DU DÉSIR CHEZ LE COUPLE 91 partie

Le temps, l’attention et l’indulgence vis-à-vis de soi : les éléments manquants

Il n’est pas difficile de retrouver sa sensualité originelle en faisant l’amour, mais cela demande du temps. De par sa nature même, la sensualité qui s’exprime dans les relations sexuelles prend du temps à s’établir. Pour beaucoup d’entre nous, cela signifie que le sexe doit devenir dans nos vies une priorité plus importante. Nos emplois du temps sont tellement surchargés que nos relations intimes en souffrent, notamment notre sexualité. Ce n’est pas faire l’amour qui va faire rentrer l’argent pour payer les factures, faire rentrer l’argent pour payer les factures, faire avancer notre carrière ou assumer les corvées de tous les jours, alors nous reléguons cette activité en bas de liste. Une fois que la maison est propre, la pelouse tondue, les enfants au lit et que le travail ramené du bureau à la maison est accompli, nous verrons s’il nous reste assez de temps pour faire l’amour ou pas. Le sexe est peut-être au premier plan dans nos têtes, mais en dernier sur nos emplois du temps. Une enquête récente publiée dans le magazine « Ladies’ Home Journal’ révèle que les femmes mariées font l’amour moins souvent que dix ans auparavant. Près des trois quarts des femmes ayant une profession, qui ont répondu à l’enquête, ont affirmé ne pas avoir le temps de faire l’amour.

Réserver chaque semaine au moins une bonne heure entièrement consacrée aux plaisirs sexuels peut augmenter votre satisfaction dans vos rapports amoureux plus que n’importe quel autre changement. Mais si ni l’un ni l’autre ne vous sentez d’humeur sexuelle, ne vous croyez pas obligés de consacrer ce temps à faire l’amour Ce temps réservé est une excellente opportunité pour le sexe, pas une obligation. Si vous le désirez, vous pouvez consacrer cette heure à une discussion intime tous les deux, où vous pourrez faire passer vos messages, à une promenade ou toute autre activité de plaisir à deux.

Si toutes les conditions sont réunies, vous aurez assez de temps pour une expérience sensuelle satisfaisante.

Susan Delaney-Mech, psychiatre et sexologue réputée à Plano, au Texas, recommande à ses clients de noter sur leur agenda les moments qu’ils réservent à ces rencontres sensuelles privilégiées. À l’encre! « Les rendez-vous notés au crayon peuvent être gommés et reportés ou annulés », explique-t-elle. « Tandis qu’un rendez-vous noté à l’encre est le plus souvent respecté. » Elle leur conseille aussi de se préparer physiquement, émotionnellement et spirituellement pour la rencontre sexuelle. « Je recommande aux couples de n’avoir l’un envers l’autre que des pensées positives pendant les vingt-quatre heures précédant ce moment amoureux. Je les encourage à réfléchir aux raisons pour lesquelles ils sont mariés l’un à l’autre. Je les encourage à avoir un sentiment de reconnaissance réciproque. Et ils doivent aussi éviter de penser aux défauts de leur partenaire ou de leurs beaux-parents. » S’ils ont des fantasmes sexuels, elle leur recommande vivement de fantasmes sexuels, elle leur recommande vivement de fantasmer en pensant à leur partenaire et pas à quelqu’un d’autre. Résultat? « Les couples qui suivent ces conseils sont enchantés des résultats », affirme-t-elle.

Mon expérience professionnelle m’a permis à moi aussi de vérifier cela. Peu de couples se rendent vraiment compte du pouvoir énorme de ces rencontres amoureuses programmées. En réservant volontairement ces moments pour l’amour et en prenant délibérément une attitude positive, vous pouvez augmenter considérablement votre capacité de donner et de recevoir de l’amour et du plaisir. Une fois que ces habitudes mentales sont strictement établies, vous commencez à transformer votre chambre en sanctuaire, un endroit réservé au confort, à la sécurité et à la sensualité.

L’amour vraiment sensuel exige aussi une autre nécessité : celle de vous autoriser à réellement jouir du plaisir sexuel.

Une de mes clientes en parle en termes charmants : « Si je veux réellement jouir du plaisir sexuel, je m’imagine étant une princesse, qui doit accepter tous les plaisirs qui lui sont offerts. Je dois avoir le sentiment de mériter qu’on me fasse l’amour. » Elle ne revendiquait pas l’amour passif ou égoïste, non. Mais elle avait réalisé que pour elle, comme pour beaucoup de gens, le vrai challenge est d’arriver à s’ouvrir et de prendre réellement son propre plaisir en considération.

Curieusement, beaucoup des personnes qui viennent me consulter à mon cabinet ont plus de difficultés à recevoir du plaisir qu’à en donner. L’un des exercices les plus révélateurs que je propose dans mes ateliers s’appelle l’exercice de « l’apprentissage » (voir les indications pages 195 à 198). C’est d’une simplicité désarmante. Dans la première partie de cet exercice, je dis aux couples d’aller dans leur chambre d’hôtel et de se masser à tour de rôle les épaules ou les commentaires de ce qu’ils aiment et de ce qu’ils n’aiment pas. Plus le receveur devient indulgent par rapport à lui-même, et plus il obtient de points à l’exercice.

C’est une chose étonnamment difficile à accepter pour beaucoup de gens. Voici les commentaires d’une femme : « Je n’ai eu aucun problème pour faire son massage à Bob. Mais quand est venu mon tour, je me suis surprise à regarder ma montre. Je veillais à ce que mon temps ne soit pas dépassé. J’étais l’aînée de quatre enfants et toute mon enfance j’ai été élevée dans l’idée qu’il était égoïste de prendre pour soi. Et quoi qu’une personne vous donne, vous devez vous montrer reconnaissant envers elle. Vous ne pouvez influer sur ce qu’elle fait pour vous. » De son côté, son partenaire avait lui aussi ses raisons de résister à l’exercice : « J’avais peur que Gloria n’ait réellement envie de me masser. J’étais content que vous ayez limité l’expérience à dix minutes. C’est uniquement grâce à cela que j’ai vraiment pu me détendre pendant ce court moment. » Vous n’en serez pas surpris, Bob et Gloria se plaignaient d’avoir un taux de désir sexuel très bas et, emportés par la routine, de pouvoir passer des semaines sans faire l’amour.

Mon partenaire et moi avons ressenti une nouvelle ouverture dans notre couple lorsque je me suis enfin sentie habilitée à recevoir des massages réguliers. Je lui avais déjà dit très souvent que j’adorais les massages, mais je n’en avais jamais fait la demande avec une grande conviction. Au fond de moi, j’avais le sentiment que c’était trop demander. Puis un jour, je me suis mise à réfléchir à toutes mes façons de me retrancher dans mes propres résistances afin de satisfaire ses besoins.

En travaillant sur de nombreux domaines de ma sexualité, j’étais devenue une amoureuse plus disponible et plus passionnée. Mais pour ce qui est de mettre mes propres désirs et besoins sur la table, j’avais fait peu de progrès. Quand j’ai réalisé cela et bien pris le temps de l’assimiler, j’ai commencé à me sentir plus habilitée à recevoir ces messages tendres, et j’ai enfin pu en demander à mon partenaire d’une manière qu’il puisse réellement entendre mon souhait. Je suis heureuse de pouvoir dire que maintenant, ces massages hebdomadaires font totalement partie de ma vie. J’ai appris, une fois de plus, que lorsque je demande quelque chose avec courage et conviction, mes vœux sont bien souvent exaucés.

0 Comments: