vendredi 2 mars 2012

LA DÉTRESSE DES HOMMES - 49e partie


LE MIGRANT HAÏTIEN

Malgré les efforts consacrés depuis les dernières décennies pour essayer de définir les grands symptômes psychiatriques de façon à en universaliser les critères, les classifications internationales (CIM, DSM-I, DSM-II, DSM-III et DSM-III-R) restent des outils correspondant aux syndromes que l’on retrouve dans le monde occidental blanc.

Ces critères ne peuvent s’appliquer stricto sensu à certaines cultures qui ont connu l’esclavage, le despotisme, l’oppression et la dictature. L’objet de cet article est de décrire certaines formes cliniques de la dépression particulière à l’Haïtien. Nous pensons que la préhistoire et l’histoire de l’Haïtien, de même que sa culture et le mode d’éducation reçue, contribuent à donner un aspect particulier à la dépression de ce dernier, ce qui explique que sa dépression ne ressemble pas à celle de l’Européen ou du Nord-Américain de race blanche.
Après une tentative d’explication socio-historico-génétique de ce que l’un de nous a appelé la « pensée paranoïde » chez l’Haïtien et un rappel des critères de la dépression majeure, selon le DSM-III-R, nous décrirons six formes de dépression rencontrées chez l’individu d’origine haïtienne.

Formation de la « pensée paranoïde » chez l’Haïtien
Dès l’an 1503, la colonisation espagnole ayant décimé rapidement les Indiens caraïbes, premiers habitants de l’île, le gouverneur Ovando eut l’idée de faire venir d’Afrique de la main-d’œuvre noire.

Des milliers d’Africains, arrachés des côtes d’Afrique, enchaînés dans les cales des bateaux appelés « négriers », pendant de longues traversées jusqu’en Amérique, furent vendus sur les marchés publics comme esclaves. Ce n’est qu’après trois siècles d’esclavage, en 1804, que ces « damnés de la terre » (considérés sans âme par un religieux du nom de Las Casas) gagnèrent leur indépendance en battant les troupes du général Leclerc. Cette épopée put être réalisée grâce à la conjoncture de deux événements :
- la cérémonie vaudou du Bois Caïman, où eut lieu une rencontre qui devait rassembler, cimenter les troupes dispersées et démunies des esclaves révoltés;
  • une épidémie de fièvre jaune qui annihila les troupes de Leclerc, fièvre contre laquelle le Noir a une immunité naturelle.
Après la déportation, l’esclavage et la glorieuse épopée de l’indépendance de ce peuple, Haïti, loin de connaître enfin la liberté, commença l’apprentissage de la division, de l’oppression, des dictatures sanglantes sous toutes les formes (royautés, empires, présidence à vie, régimes militaires, etc.).

Quand de plus on connaît l’importance que revêt l’autorité des parents (et de tout adulte) dans l’éducation de l’Haïtien, l’utilisation à outrance des sévices corporels, du fouet (du point de vue psychanalytique, l’utilisation du fouet par les parents, c’est, chez l’Haïtien, une forme d’identification à l’agresseur du temps de l’esclavage), on peut saisir davantage le mélange de sentiments de méfiance ou de toute puissance (ou les deux) que l’on peut retrouver dans certaines expressions de la maladie chez l’Haïtien. Le jeune apprend vite, pour éviter les sévices corporels, à utiliser le mécanisme de la projection, précurseur de la pensée paranoïde.
Mentionnons enfin que la deuxième « déportation » des Haïtiens, soit l’émigration vers l’Europe et l’Amérique du Nord, n’a pas été sans leur réserver de nombreuses difficultés d’adaptation avec de nouvelles cultures qui, très souvent, entraîneront des frustrations dans les pays hôtes (difficultés avec les services d’immigration, problèmes de racisme ouvert ou camouflé dans le logement et les milieux de travail, rapports avec les corps policiers et la justice, même avec les corporations professionnelles).

Rappel des critères de la dépression selon le DSM-III
Dans le manuel révisé (DSM-III-R), les critères diagnostiques de la dépression peuvent se résumer comme suit :
-tristesse de l’affect;
-présence de quatre des huit éléments suivants pendant environ deux semaines :
-baisse de l’appétit,
-insomnie ou hypersomnie,
-augmentation ou retard de l’activité psychomotrice,
-perte d’intérêt ou de plaisir dans les activités courantes ou baisse du désir sexuel (ou les deux),
-perte de l’estime de soi avec sentiment de culpabilité,
-perte d’énergie,
-impression que la capacité de penser ou de se concentrer a diminuée,
-pensées récurrentes de mort, idées suicidaires, désir de mourir.


Quelques formes de dépression chez l’Haïtien
Nous décrirons ici six vignettes correspondant à six formes de dépression chez l’Haïtien. Cette liste n’est exhaustive, ce sont les six formes que nous avons rencontrées le plus souvent.

Vignette #1
« Ou sanblé moun mô pété sou li » : « tu ressembles à quelqu’un sur qui le vent de la mort a soufflé ».
C’est un déprimé profond, dont l’humeur n’est pas nécessairement triste. Le caractère principal de ce tableau clinique est l’indifférence. Le sujet est capable de sourire, mais c’est un sourire béat, sans relation avec l’humeur. Il peut vaquer à ses occupations habituelles, mais tout se fait avec un détachement affectif, il paraît absent. Cet état d’indifférence peut atteindre une profondeur pouvant être assimilée à un état catatonique.

Vignette #2
« Yo fè li mal » : « il a été « quimboisé », il est l’objet de maléfices ».
C’est le cas typique du malade qui se présente au médecin avec un délire paranoïde franc. Il dit qu’il est l’objet de persécutions, que son patron ou son voisin ou même son conjoint et sa famille complotent contre lui, que tout ce qu’il fait est connu de tous, que ses gestes sont épiés.
Son affect peut être triste, non parce qu’il se sent coupable ou se juge inadéquat mais parce qu’il s’estime incapable de lutter contre ses persécuteurs.

Vignette #3
« Ou sé yon anvi mouri kap chèche yon anvi touyé » : « tu as envie de mourir et tu cherches quelqu’un qui pourrait te tuer ».
Cette forme de dépression chez l’Haïtien par des troubles du comportement. Son activité psychomotrice est augmentée, son seuil de frustration est bas, l’humeur peut être exubérante. Il cherche à provoquer de façon évidente, comme quelqu’un qui voudrait trouver un adversaire capable de lui donner la mort. Jusqu’à un certain point, on pourrait parler d’une recherche « de suicide par procuration ».

C’est le patient qui va provoquer des bagarres et enfreindre ouvertement les lois et les forces de l’ordre, en particulier s’il repère un policier aux alentours. S’il est en Haïti, il cognera sur la voiture d’un officiel dans le but – peut-être inconscient – de se faire arrêter, bastonner ou même tuer. En quelque sorte, bien que son comportement évident ne traduise pas un état dépressif, tout se passe comme s’il recherchait une punition qui lui permettrait d’expier pour une présumée faute commise.

Son activité psychomotrice augmentée peut simuler un état maniaque.

Vignette #4 (dépression avec espoir)
« Mwen sé pitite Bon Dié » : « je suis enfant de dieu ».
C’est la forme de la dépression situationnelle. Le malade vit des situations difficiles, les stresseurs sont nombreux mais il ne se laisse pas abattre. Il conclut comme Job dans les Écritures : « Vous m’avez tout donné, Vous m’avez tout enlevé, que Votre saint nom soit béni ». Attention cependant à l’écueil linguistique : si cette phrase de Job, en créole : « Mwen sé pitite Bon Dié », est traduite mot pour mot : « Je suis enfant de Dieu », on risque de conclure que ce malade se prend pour Jésus-Christ et de diagnostiquer une psychose paranoïde, ce qui serait une erreur diagnostique qui entraînerait un traitement aux neuroleptiques avec les conséquences désastreuses que l’on connaît.

Le sujet s’exprimant ainsi n’est pas paranoïde. Il vit avec difficulté ses malheurs (perte d’objet d’amour, insécurité financière), mais il exprime un espoir : ses malheurs prendront bientôt fin.

Vignette #5 (dépression sans espoir)
C’est la forme clinique qui correspondrait le plus à la dépression psychotique. Elle est caractérisée par des plaintes témoignant de la souffrance morale, mais l’individu n’est pas nécessairement triste. Il est fatigué de lutter contre « le sort » et a adopté une attitude de résignation sachant qu’il est « condamné ». Cela se traduit même dans son discours objectif; il décrit ses malheurs, ses luttes inutiles menées pour s’en sortir et conclut avec logique qu’il n’y a plus rien à faire et que son sort ne changera jamais. Dans ce cas aussi, l’expression facile peut ne pas être affectée de façon apparente.

Vignette #6 (dépression avec manifestations somatiques)

Chez l’Haïtien, c’est la forme la plus commune. Elle est caractérisée par des troubles somatiques : sensation de faiblesse, brûlures d’estomac et autres troubles digestifs, météorisme abdominal, maux de tête, etc.
Bien sûr, il consultera différents médecins et se tournera vers des prêtres du vaudou pour trouver une solution à son ou à ses problèmes. Il pensera qu’il souffre d’une maladie que personne ne peut diagnostiquer, et encore moins traiter.
Même après avoir épuisé toutes les ressources médicales et autres, il se peut que son affect reste relativement inatteignable.


En conclusion, rappelons que l’Haïtien exprime ses émotions par son corps, par la danse. Son émotion est rarement exprimée par la douleur morale. D’autant plus que la culpabilité individuelle semble être inexistante. En Haïti, la culpabilité est partagée par la famille, le quartier, la communauté, d’où l’efficacité des traitements de groupe offerts par les prêtres du vaudou.

Nous avons voulu décrire ici ce que, pour notre part, nous considérons être les formes les plus couramment retrouvées. Nous ne voudrions pas laisser croire que l’Haïtien ne peut être déprimé comme l’Européen ou le Nord-Américain de race blanche. Notre objectif était de décrire certains cas cliniques qui ne répondent pas aux critères internationaux, qui sont des formes particulières de la dépression et qui peuvent être prises pour un autre syndrome et traitées à tort avec des neuroleptiques plutôt qu’avec des antidépresseurs, la sismothérapie ou la thérapie du lithium.

Rappelons enfin que la pensée paranoïde n’est pas particulière à l’Haïtien. Nous l’avons observée chez des Italiens du Sud, des Vietnamiens et aussi chez des Canadiens français (pour ne pas citer que quelques exemples).

0 Comments: