dimanche 11 mars 2012

LA DÉTRESSE DES HOMMES - 53e partie


TRAITEMENT AU LITHIUM

la découverte du lithium est survenue par accident.  En 1949, Cade remarque l’effet sédatif du carbonate de lithium chez des cobayes et déduit que le même résultat pourrait être obtenu chez des patients souffrant de manie (Good et Gilman 1970).  L’acceptation du lithium comme agent thérapeutique efficace n’est venue qu’après plusieurs années de controverse, surtout en ce qui concerne son efficacité et sa sécurité.  Le lithium est utilisé à long terme en tant qu’agent prophylactique pour prévenir les rechutes des désordres affectifs ou pour diminuer leur intensité.  Il sert aussi dans le contrôle des états aïgus de manie et dans certaines dépressions.
Une partie de la psychopathologie du maniaco-dépressif dans son état aïgu est difficile à différencier de la schizophrénie.  Cependant, ces deux désordres présentent des caractéristiques divergentes dont il faut tenir compte tant dans le diagnostic que dans le traitement.  Le maniaco-dépressif passe par des hauts et des bas suivis de périodes normales; il présente une très faible probalité de détérioration et l’histoire familiale est souvent positive en ce qui concerne les désordres affectifs et l’alcoolisme, et négative en ce qui concerne la schizophrénie. Il est très important que le diagnostic soit approprié étant donné que les probabilités d’amélioration du maniaco-dépressif traité avec le lithium sont excellentes, alors qu’elles sont très pauvres pour le schizophrène (Fieve, 1975).
Le traitement par lithium doit se faire avec supervision clinique suivie.  Il est contre indiqué chez des patients qui présentent des troubles rénaux, des troubles cardiaques manifestes et des troubles neurologiques.
Le danger de toxicité est toujours présent dans le traitement par lithium.  Pendant une phase maniaque, la tolérance au lithium augmente, mais elle descend une fois l’épisode passé. Une diète normale, avec des niveaux de sodium et d’eau normaux est nécessaire pour le bon fonctionnement de ce traitement.
Effets secondaires
Quand le taux de lithium présent dans le sérum du malade est plus élevé que 1,5 mEg|1, plusieurs effets secondaires peuvent se présenter; tremblement des mains, douleurs abdominales, nausées, vomissements diarrhée, soif et polyurie, fatigue et augmentation de poids.  Ces symptômes ont lieu dans les quatre premières semaines, ils disparaissent spontanément ou avec une réduction de la dose thérapeutique.
Un problème majeur avec le traitement au lithium est que s’il est donné en quantité excessive et que les reins n’arrivent pas à éliminer le médicament adéquatement, le taux de sérum monte à 2.0 mEg|1 et un état d’empoisonnement se produit.  Si le patient demeure dans cette situation pendant quelques jours, les risques d’accident grave peuvent survenir.  Ce danger dans le traitement par lithium peut être évité avec la surveillance nécessaire du taux de lithium dans le sérum.

0 Comments: