mardi 11 décembre 2012

LITTÉRATURE HAÏTIENNE - 41e partie

La modernité haïtienne


L’histoire d’Haïti est construite dans cette rencontre de civilisation où expatriations, enfermements, assujettissements, alliances, échanges, luttes, ruptures, ségrégations et oppressions tissent l’historicité de sa coexistence actuelle avec la modernité occidentale.

La littérature sur HaÏti, qu’elle soit sociologique, politique, culturelle ou économique, reprend toujours l’histoire de la relation maître-esclaves pour montrer son enracinement dans la structuration de ces dimensions.  En effet, inscrite dans la rémanence historique mais aussi inscrite dans un devenir imaginé dans sa singularité, Haïti, comme tous les autres pays devenus sujets de leur histoire par leur indépendance, est tenu, dans le rapport de force international, à se débattre vis à vis de l’impérialisme culturel occidental.  Les multiples projets politiques d’indépendance économique mis en discours depuis la proclamation de l’indépendance d’Haïti en 1804, n’ont pas cessé d’être traversés par les multiples contradictions qui sont endogènes et exogènes au pays.  Cette indépendance des pays économiquement pauvres se montre toujours impossible à s’approprier et les années 60 sont ponctuées par une conscientisation par rapport à leur échec politique et économique et par une indépendance culturelle revendiquée (Poirier, 78).

En ce sens, le pouvoir duvaliériste instauré en Haïti en 1957 s’est servi de ce courant international d’affirmation culturelle pour valider son pouvoir politique.

En effet, les discours et les pratiques liées à l’idéologie noiriste et à la religion vaudou lui ont fourni le matériel pour assurer un contrôle symbolique de la population.  À celui-ci se superposait le contrôle de l’armée de la milice (les cagoulards puis les tontons macoutes) pour briser toute forme d’opposition (Laennec, 79).  Lorsqu’en février 86, Jean-Claude Duvalier renonce au pouvoir à cause du soulèvement populaire, l’espérance de reconstruction du pays va se heurter au maintien des tontons macoutes au pouvoir et à l’absence de moyens économiques.

Querelles internes, résistance paysanne, lutte raciste pour le pouvoir, occupation américaine de 1915 à 1934, exportation massive des capitaux, fluctuation du marché international, ralentissement de l’activité économique, inflation et corruption sont les effets de la rémanence et de la répétition historiques qui perdurent et marquent le déchirement social en Haïti. Ce qui est entre la classe dirigeante et la classe paysanne.  Eddy Pierre, dans son excellent travail sur “dieux Vaudou de salut dans la religion Vaudou (1973)”, attire notre attention sur la persistance répétitive de l’écart tenu entre les classes sociales. Il nous dit “qu’en 1784 il y avait 7% de colons, 13% d’affranchis et 80% d’esclaves, en 1963 il y avait 5% de bourgeois, 15% de classe moyenne et 80% de prolétaires”.  En 1984, ces prolétaires, qu’il faudrait nommer paysans, représentant encore 80% de la population et, selon les statistiques de l’ONU, publiées dans l’ouvrage de L’UNICEF en 86, 78% de la population rurale est en 1983 en-dessous du seuil de la pauvreté.  La situation actuelle est dramatique et les jeunes de Gonaïve présentent bien, dans cette lettre adressée aux députés en mai 85, les effets produits par le pouvoir de Duvalier sur leurs conditions de vie.

“Vous avez contribué à faire de nous le peuple le plus pauvre du continent américain, les parias de la Caraïbe, les esclaves des Bateyes, les “boat people” des océans, les mendiants de la planète.... Vous nous avez privés de nos droits les plus élémentaires, et vous avez pactisé avec le terrorisme d’État (....)”

(Gilles, 10, 86)

Ce pays agricole n’arrive pas à surmonter les contraintes qui se posent dans son développement. Aucune politique nationale n’a encore envisagé des procédures de stratégie économique et sociale pour traverser ces contraintes.  Jacques Barros (84) nous en parle et en dresse une nomenclature: les contraintes institutionnelles sont dues, par exemple, à une limite dans les cadres techniques compétents, à une imprécision des statistiques concernant le monde rural, une mauvaise coordination entre les services responsbles, l’insuffisance des moyens matériels et financiers, la faiblesse des organisations paysannes, etc.  Puis, des contraintes naturelles qui ne sont pas contrôlées et qui se caractérisent par une dégradation continuelle de l’environnement, une faible fertilité des sols et peu de terres arabes.  Les contraintes économiques seraient liées à la faiblesse des investissements, à l’inadéquation des réseaux de distribution, à l’absence d’une politique de commercialisation, à une faiblesse du pouvoir d’achat de la population rurale.  Enfin, les contraintes technologiques sont portées par un outillage agricole précaire et des méthodes de production non rentables tel le grapillage, etc.  À cette nomenclature, il faut rajouter le pillage du gouvernement Duvalier qui a été maintes fois dénoncé par les Haïtiens et l’état d’exploitation des paysans.

0 Comments: