vendredi 1 novembre 2013

LES PHÉNOMÈNES DU NÉGATIF ET LA PULSION LÉTHIQUE

CONCLUSION

Ce texte a cherché à décrire les processus internes inhérents à la position concrète et ainsi à explorer dans leur dynamisme commune plusieurs groupes des patients habituellement conceptualisés comme très différents. Ce fonctionnement se caractérise par une absence d'élaboration symbolique réelle, des processus défensifs d'agrippement au réel, et une néantisation des représentations de Soi et de la relation à l'autre. Le patient concret tend ainsi vers un vide interne et une platitude relationnelle, conséquences de l'absence de structures internes stables permettant de délimiter, différencier et définir le soi en l'objet et de les investir de manière libidinale. La discussion a porté sur le concept de pulsion léthique et ses destins. L'origine de la pulsion et son action ont été rapportés à la relation à l'objet primaire. Pour reprendre et résumer les choses autrement, la présence d'une pulsion léthique qui exerce une poussée faible et temporaire, implique nécessairement un équilibre avec la pulsion libidinale, et contribue à créer des écrans d'(auto) conservation, lesquels constituent un frein à l'action éventuelle d'une poussée léthique plus forte. Le désir inconscient sous-jacent à la poussée léthique, inhérent à la position concrète, se place conséquemment davantage sous le thème du besoin (l'autoconservation) que du désir véritable, si ce n'est un désir d'être reconnu dans son être propre. Par contraste, le désir au sens classique se trouve du côté de la pulsion libidinale. Dès lors que le besoin n'est pas satisfait, cependant la pulsion léthique devient libre d'exercer son action et, en s'intensifiant, arrive à détruire les écrans protecteurs. Lorsqu'une transaction avec l'environnement évolue de manière mortifiante et que les écrans d'(auto) conservation sont transversés, l'objet et le soi sont alors fortement repoussés ¨derrière¨, ou au-delà des écrans  d'(auto) conservation sont transpercés, l'objet et le soi sont alors fortement repoussés ¨derrière¨, ou au-delà des écrans d'(auto) conservation et ils sont surinvestis d'énergie léthique. Le ¨repli¨, s'il n'est plus soutenu par une expérience de satisfaction, ne peut plus être créateur des écrans d'(auto) conservation et devient purement ¨destructeur¨ de soi et de l'appareil psychique.

0 Comments: